Mis à jour le 1 avril 2020

Sur le territoire de Desvres-Samer se trouve le deuxième secteur de production laitière du Nord - Pas de Calais. L'intercommunalité est déterminée à soutenir l'élevage "à échelle humaine", source d'emplois et opérateur de services d'intérêt collectif.

La communauté de communes de Desvres-Samer (CCDS), constituée dans sa forme actuelle en 2009, n'est pas de ces îles minuscules et repliées sur elles-mêmes. Composée de 31 communes, elle rassemble près de 23 000 habitants. Sa population a augmenté de manière significative ces dernières années et doit encore s'accroître de deux mille habitants d'ici à la fin du mandat en cours. L'intercommunalité agit pour le développement économique de son territoire, organise son urbanisme, mutualise des services à la population (santé, accueil de la petite enfance, activités culturelles, etc.). Elle suit un objectif général de développement durable, décliné depuis 2013 dans un "agenda 21 local", complémentaire du plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI).

CC Desvres-Samer - Eric Desaunois - Vaches

© Communauté de Communes de Desvres-Samer - Eric Desaunois

ZOOM sur l'Agenda 21

L'agenda 21 de la CCDS a été labellisé par le ministère de l'écologie en décembre 2013. Il est le fruit d'un processus d'élaboration long de deux ans et traite, plus globalement encore que le PLUI, du développement du territoire.

Il s'ordonne autour de trois thématiques :

  • biodiversité, environnement et santé, alimentation ;
  • énergie, déplacements, habitat, lutte contre le réchauffement climatique ;
  • économie sociale et solidaire, consommation éco-responsable.

Il affiche neuf objectifs (traduits en 48 actions) :

  1. promouvoir le durable dans tous les aménagements,
  2. améliorer la performance énergétique du patrimoine bâti,
  3. organiser le territoire durablement,
  4. lutter contre la perte de biodiversité et valoriser les ressources naturelles du territoire,
  5. soutenir la production et la consommation de produits de qualité,
  6. contribuer à la santé des habitants,
  7. soutenir l'économie sociale et solidaire,
  8. informer, accompagner et agir pour des comportements éco-responsables,
  9. répondre aux enjeux de solidarité.

CC Desvres-Samer - Eric Desaunois - Produits locaux

© Communauté de Communes de Desvres-Samer - Eric Desaunois

Des producteurs locaux adeptes du circuit court

En matière de production agricole, l'Agenda 21 prévoyait la mise en place d'une prime à la conversion à l'agriculture biologique. "Nous avons dû renoncer à cette mesure, du fait d'une incompatibilité avec la réglementation de l'Union européenne", explique Lionel Rouillé, directeur général adjoint de la CCDS en charge du développement et de la prospective. De même, l'intention de sensibilisation de la population à une alimentation de qualité n'a pas encore débouché, comme prévu, sur l'organisation d'ateliers grand public (jardinage, cuisine), ni sur la création de mini-potagers dans les écoles. En revanche, la communauté a soutenu la création en 2013 d'un point de vente directe de produits locaux, à l'échelle du Pays du Boulonnais, dans le cadre du programme européen Leader. Basé à Saint-Martin-les-Boulogne, ce magasin baptisé "Vert de Terre" est alimenté par une petite vingtaine d'agriculteurs, dont quatorze sont installés dans le périmètre de Desvres-Samer.

Des actions en faveur de l'approvisionnement local

L'intercommunalité multiplie les efforts pour la création d'une AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) sur son sol ; elle y travaille avec un acteur intéressé par la démarche. Au chapitre de la restauration collective, belle avancée avec le passage aux repas entièrement constitués de produits de l'agriculture biologique (mais non locaux) dans les trois crèches gérées par la communauté : cela date de la fin mars 2016. La CCDS pourrait aussi mettre à l'étude une opération-test dans un des cinq sous-secteurs de son territoire, où les communes (Brunembert, Bournonville, Quesques, Lottinghem, Saint-Martin-Choquel, Selles, Vieil-Moutier) ont manifesté leur souhait de mutualiser des services publics liés à l'enfance et aux écoles. Il s'agirait, pendant deux ans, de promouvoir l'approvisionnement local et de qualité des cantines auprès des enfants, des parents d'élèves, des personnels concernés et d'encourager des agriculteurs installés à proximité des établissements de restauration collective à entrer en relation commerciale avec eux.

CC Desvres-Samer - Eric Desaunois - Tracteur

© Communauté de Communes de Desvres-Samer - Eric Desaunois

Pour le maintien d'une agriculture paysanne

"La ligne de la communauté de communes est le maintien d'une agriculture paysanne, support d'activités économiques et instrument de préservation de l'environnement", expose Lionel Rouillé. Cette ambition politique se heurte à des contraintes physiques particulières : les conditions pédo-climatiques sont peu favorables, proches de celles d'une agriculture de piémont, et les chiffres d'affaires des exploitations sont nettement inférieurs aux résultats enregistrés dans des territoires proches. Les 250 fermes recensées en 2013 se consacrent pour l'essentiel à l'élevage laitier, pris dans la crise que l'on sait. Elles conservent beaucoup de prairies permanentes (41 % de la surface agricole) malgré un recours grandissant à des fourrages de type maïs pour l'alimentation des bêtes. Il a y trois ans, la CCDS a commandé un travail de bilan et perspectives au Grecat (Groupe de recherches et d'études concertées sur l'agriculture et les territoires). Les experts ont pointé des évolutions préoccupantes : baisse de 49 % du nombre des exploitations depuis le début du siècle, baisse de la qualité paysagère du territoire par le développement de boisements, taux d'artificialisation de terres agricoles dépassant les 3 % par an recommandés par le schéma régional climat-air-énergie.

Des barrières sont tombées...

Ce travail avec le Grecat a aussi contribué à lever quelques barrières, ou clôtures, entre acteurs du territoire, qui se sont ainsi mieux connus et mieux compris. Plusieurs réunions se sont tenues entre agriculteurs et élus, où la question de l'alimentation durable a été abordée sans détour. Les professionnels de la terre ont été amenés à discuter avec des opérateurs économiques, des restaurateurs notamment, et même un important supermarché du territoire. Des éleveurs et cultivateurs ont été invités à découvrir des sujets précis, comme les circuits courts, et à réfléchir à la diversification de leurs activités. Enfin, un débat public a permis à quelques habitants d'exprimer leur vision d'un possible système alimentaire local durable...

Un projet de label pour le lait produit en prairie

Dans la foulée de ces échanges, la CCDS a adopté une stratégie pour le développement d'une agriculture "à échelle humaine", indique Lionel Rouillé. Elle mise sur des exploitations produisant 250 à 500 000 litres de lait par an, sur des surfaces en herbe, lesquelles présentent des atouts environnementaux (anti-ruissellement, notamment) et paysagers. La condition sine qua non est que les éleveurs y trouvent une rémunération suffisante, poursuit le directeur général adjoint de la communauté. C'est le sens du travail engagé avec la Prospérité fermière, qui assure la majeure partie de la collecte de lait dans le territoire. La coopérative pourrait participer au financement de bilans-carbone dans toutes les exploitations et mobiliser son appareil de recherche pour caractériser le lait venant de vaches élevées en prairie, qui serait alors vendu à un meilleur prix. La CCDS envisage de prendre en charge une partie des dépenses d'étude et de ce processus de labellisation mais manque actuellement de fonds, faute d'avoir pu signer un contrat d'agriculture et d'alimentation péri-urbaine (CAAP'Agglo), avec le Conseil régional, au terme du précédent mandat.

CC Desvres-Samer - Eric Desaunois - Paysage

© Communauté de Communes de Desvres-Samer - Eric Desaunois

Rémunérer les services rendus par les agriculteurs à la collectivité

L'autre piste d'action de l'intercommunalité est de contribuer à la rémunération des services rendus par les agriculteurs à la collectivité. Exemple-type : l'entretien des haies bocagères. Une société coopérative d'intérêt collectif, rassemblant des acteurs privés et publics et des exploitants, pourrait valoriser les chutes de bois ainsi générées, dans des réseaux de chauffage collectif, selon un modèle qui fonctionne déjà bien en Bretagne. Ce projet, comme l'expérience envisagée avec la Prospérité fermière, ont été inclus pour étude, par l'Institut de l'élevage d'Amiens, dans le dossier qu'il a déposé auprès du ministère de l'agriculture sur "les services rendus par l'élevage dans les territoires".

Ce qu'il faut retenir de cette démarche

La communauté de communes de Desvres-Samer a une stratégie agricole et alimentaire bien construite. Malheureusement, par manque de moyens financiers, elle n'est pas dans la capacité de pouvoir la décliner dans sa totalité. Elle mise ainsi sur quelques actions de fond et de moyen terme, conduites avec des partenaires ciblés.

Chiffres-clés

(Recensement agricole de 2010 et recensement de la population de 2012)

• 250 exploitations
• 71 % d'exploitations laitières
• 22 200 habitants

Contact

Lionel Rouillé, directeur général adjoint - Tél : 03 21 92 07 20 - Courriel : lionel.rouille@cc-desvressamer.fr

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire