Mis à jour le 25 juillet 2016

Le projet de circuits courts alimentaires de la Communauté d’Agglomération du Douaisis : une conduite partenariale du diagnostic à la mise en oeuvre.

Analyse de l'initiative de la Communauté d’Agglomération du Douaisis

Une agriculture de proximité et vivrière, au bénéfice des populations locales, une agriculture qui devient ainsi support de développement économique, écologique et social... autant d’objectifs pour une politique agricole qui se construit au sein de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD). La collectivité s’empare en 2007 de la question agricole et promeut depuis le dialogue avec tous ses partenaires afin de définir les contours d’un projet partagé au sein duquel le développement des circuits courts constitue une priorité. Une étude de définition stratégique, basée sur un diagnostic sur les typologies agricoles et les choix d’approvisionnement des citoyens du territoire, a permis d’identifier et de hiérarchiser les actions à

développer.

Le projet de territoire adopté par la CAD en 2007 affirme la place de l’agriculture comme une ressource du territoire de premier plan, avec pour objectif le maintien du potentiel agricole et le développement d’une agriculture vivrière qui se tourne vers l’approvisionnement de la population locale. La volonté de la CAD est « d’affirmer l’agriculture comme un support de développement économique et social  ».

LES OBJECTIFS DU PROJET

  • Le maintien et le développement de la valeur ajoutée au niveau des exploitations agricoles,
  • La création d’emplois non délocalisables liés à la production, à la commercialisation et à la transformation,
  • La diminution des coûts environnementaux liée à la limitation des transports et à la réduction des emballages,
  • Le renforcement du dialogue agriculteurs / société et des relations villes / campagnes.

« Notre volonté était d’affirmer l’agriculture comme un support de développement économique et social, c’est pour que cette raison qu’a été engagée une réflexion sur les circuits courts alimentaires avec l’ensemble des acteurs du monde agricole local et qu’a été lancé un système d’aides directes à l’installation » a indiqué Jean-Luc Hallé, Vice Président de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD) en charge du développement agricole.

Conclusion

L’indispensable adaptation des projets au contexte local est la principale limite du transfert.

Le point de vigilance exprimé par Elsa Franchineau, chargée de mission à la CAD, est de ne pas transposer à l’identique les méthodes de développement de projets de circuits courts alimentaires. Il s’agit bien de connaître, de comprendre et d’identifier « ce qui se passe sur son territoire » : ses enjeux, le contexte des agriculteurs, les choix d’approvisionnement des détaillants, des restaurateurs et des citoyens. Face à ces différents constats, « le territoire ne décrète pas », il anime et crée les conditions du dialogue et de la construction d’un projet partagé par l’ensemble des partenaires, de manière à rendre opérationnelle la stratégie agricole et le projet de circuits courts alimentaires. Nous parlons par conséquent d’un projet ascendant, émanant des acteurs locaux, qui entre ainsi en adéquation avec le contexte local. Le territoire est ainsi légitimé, parce qu’il est à l’interface de nombreux protagonistes concernés par l’alimentation et en capacité de mobiliser, mettre en réseau, animer... l’ensemble des acteurs locaux, qu’ils soient citoyens, restaurateurs ou agriculteurs.

Découvrez plus en détails la méthodologie de ce projet ainsi que des exemples marquants :

Picto Document

Fiche Bonne pratique Communauté d’Agglomération du Douaisis : une conduite partenariale

Format : PDF Poids : 282,65 ko

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire