Mis à jour le 30 novembre 2016

Les hôpitaux sont parmi les bâtiments  collectifs les plus énergivores. Suite à un diagnostic énergétique, la clinique Saint-Roch a réalisé une extension de son bâtiment principal certifié BBC grâce à un chauffage géothermique, un éclairage photovoltaïque et une eau chaude sanitaire produite par des panneaux solaires thermiques. Ou quand les énergies renouvelables donnent chaleur et énergie aux bâtiments comme aux patients…

Analyse de l'initiative

Seul établissement du Nord-Pas-de-Calais à proposer des soins de suite spécialisés dans la prise en charge des affections de locomoteur et du système nerveux, des soins palliatifs et des soins à orientation gériatrique et polyvalent, la clinique Saint-Roch dispose d’un plateau technique complet de rééducation pour ses patients. De par son implication dans les démarches de développement durable depuis 2008 et suite à un diagnostic énergétique des installations, la direction de l’établissement a souhaité suivre le référentiel Haute Qualité Environnementale (HQE) dans le cadre de ses projets architecturaux programmés en 2010 : extension des locaux (1 253 m²), construction d’un gymnase rééducatif (823m²), rénovation de la balnéothérapie…

D'un point de vue environnemental, l’éco-gymnase est un modèle d’innovation. Outre sa construction HQE, il dispose d’un chauffage géothermique sur eau de nappe avec pompe à chaleur (un équipement réversible assurant la ventilation double flux d’air frais), d’une électricité produite par des panneaux photovoltaïques et une eau chaude sanitaire par des panneaux solaires thermiques.

La consommation d’eau chaude de l’extension des locaux d’hébergement et de l’éco-gymnase est environ de 50 m3 par mois, assurée par 32 m2 de capteurs solaires associés à un ballon solaire de 1 500 litres qui couvrent 48% des besoins thermiques. L’appoint est réalisé dans un ballon de 1 500 litres par la chaufferie gaz existante.

Les bâtiments existants consomment environ 165  m3 d’eau chaude par mois, assurée par l’installation de 89  m2 de panneaux solaires thermiques associés à un ballon solaire de 4 400 litres qui permet de couvrir près de 40 % des besoins d’eau chaude, l’appoint grâce à un ballon de 2 000 litres par la chaufferie gaz.

Au total, les 121  m2 de capteurs solaires couvrent désormais 41,5 % des besoins en eau chaude de la Clinique Saint-Roch et le chauffage est assuré à 59 % par des pompes à chaleur sur la nappe phréatique, l’appoint par la chaufferie gaz. Les derniers comptages datant de 2015 établissent la productivité des capteurs à 354 kWh/an/m2.

Le chauffage à basse température de l’extension est fourni à 100 % par trois pompes à chaleur totalisant 330 KW ce qui représente également 59% des besoins thermiques de l’ensemble de la clinique. En été, le froid est produit par le système freecooling procurant le rafraîchissement gratuit des locaux.

La clinique a sollicité l’aide de l’ADEME pour l’installation de 121 m² de capteurs solaires et des trois pompes à chaleur.

FICHE D'IDENTITÉ

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire