Mis à jour le 20 novembre 2017

Voici un projet exemplaire qui a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projet « Nouvelles Technologies Émergentes » de l’ADEME. Le nouveau bâtiment de l’Université Régionale des Métiers de l’Artisanat (URMA) à Bruay-sur-l’Escaut va être chauffé/ventilé grâce à une solution de production de chaleur combinant plusieurs technologies.

Descriptif de l'initiative

C’est en quelque sorte un bâtiment démonstrateur ouvrant la voie à d’autres projets similaires. La production d’énergie combine différentes technologies sur vecteur air et eau, issues de l’énergie géothermique, de l’énergie solaire et même de la récupération d’énergie fatale sur eaux usées ! Qui dit mieux ? Un mix d’énergies renouvelables inédit et une opération qui, par son caractère expérimental, bénéficie d’une instrumentation complète et d’un suivi approfondi sur une période de 24 mois dans le cadre de l’appel à projet « NTE ».

L’aide à l’investissement de ce projet et au monitoring du suivi des performances de ce site pilote offre la possibilité d’une large diffusion du procédé à l’échelle nationale et internationale, au sein de bâtiments tertiaires neufs ou existants.

En effet, les technologies émergentes de fondations thermo-actives, des nouveaux panneaux photovoltaïques-thermiques, dits capteurs PVT et de récupération d’énergie fatale sur eaux usées ont actuellement besoin d’être soutenues financièrement pour initier leur développement commercial.

On entre dans l’esprit du projet ? Celui-ci s’inscrit complètement dans la dynamique de l’économie circulaire où le déchet d’une industrie/d’un process est recyclé en matière première d’une autre ou de la même industrie/process. L’approche de l’architecte est globale et couple plusieurs énergies renouvelables et de récupération (ENR&R) pour une utilisation locale. Le projet valorise la maîtrise de l’énergie et optimise la récupération d’énergie fatale auquel peut prétendre le bâtiment en utilisant toutes les ressources naturelles du site. Un exemple ? Les menuiseries pariétaux-dynamiques préchauffent l’air neuf entrant dans le volume mis en dépression grâce à une ventilation naturelle activée (VNA).

Plus technique encore mais encore plus performant, le complément de chauffage est insufflé en allèges aérothermiques. Autrement dit, les pompes à chaleur aérothermiques sont un échangeur air/eau qui sert de système de chauffage du bâtiment. Elles vont chercher les calories inépuisables contenues dans l’air - ou dans celles des eaux usées – pour les transférer dans l’habitation. Bonus, elles fonctionnent en mode double flux de chauffage ou de ventilation, en allant chercher par exemple les premières frigories de la chaine de production de froid du bâtiment B pour rafraîchir les locaux de l’ensemble A+B. Circulaire non ?

Fiche d’identité de l’initiative

Titre de l’opération : Solution combinée Energie solaire, géo-structure et récupération de la chaleur fatale dans le cadre de la construction de l’Université Régionale des Métiers de l’Artisanat à Bruay-sur-l’Escaut Projet URMA

Lieu/Echelle de l’action : Commune de Bruay-sur-l’Escaut

Porteur de projet : Conseil Régional Hauts-de-France

Contact : M. Jean -Luc Collet, architecte-urbaniste indépendant, . 9 place Pont Delsaux 59300 Valenciennes, jlcollet@nordnet.fr, 03 27 38 10 20/17.

Tel : 03 27 38 10 20/17

Partenaires : ADEME, Région Hauts-de-France, Graph’Architectes Roubaix ?

Montant de l’opération : 2 478 341 €

Indicateurs de moyens et de résultats : 60,4 TEP, soit 150,3 tonnes de CO2 évitées /an     

Financement Fonds chaleur NTE : 552 145 €

Date de l’opération : DCE juillet 2015

Période de réalisation : 1er trimestre 2016

Durée de l’opération : 22 mois

Bénéficiaires/cibles de l’action : usagers du centre de formation

En savoir plus :

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire