Mis à jour le 23 juillet 2020

Un plan climat sans les habitants, ou trop éloigné des préoccupations des citoyens, verrait son efficacité sensiblement réduite. Fort de cette conviction, le conseil de développement du Pays d’Artois a ouvert des possibilités d’action concrètes aux habitants de son territoire.

Jean-Marie Prestaux, le président du conseil de développement du Pays d’Artois, emboîte le pas d’un ancien président de la République : la maison brûle, explique-t-il, et on ne le dit pas clairement. "Le discours sur le changement climatique est trop souvent intellectuel, compliqué ou culpabilisant. Cela ne favorise pas la prise de conscience et la prise de responsabilités des citoyens".

CONTEXTE et descriptif de l'action

Le Pays d’Artois, ce sont six intercommunalités, 255 communes, 213 000 habitants. Le conseil de développement a donc inscrit une action de sensibilisation du grand public dans le Plan climat du Pays d’Artois. Un programme inédit, décalé, privilégiant les aspects concrets de la prévention et de la résistance aux bouleversements climatiques. Avec en arrière-plan, cette perspective à la fois encourageante et exigeante : le citoyen, parce qu’il détient la moitié des réponses dans sa vie quotidienne, a un rôle essentiel à jouer pour la réussite du défi climat.

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

Un mémo des éco-gestes

De nombreux partenaires se sont joints à cette initiative déclinée en 2012-2013 : la communauté urbaine d’Arras, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement du Pas-de-Calais (CAUE 62), le syndicat mixte de valorisation des déchets (SMAV), l’opérateur de transports en commun (Artis), l’association UFC Que choisir, l’espace info-énergie local, le bailleur social PACT d’Arras, GDF Suez, le Crédit agricole et d’autres acteurs impliqués dans le plan climat.

Le top départ de l’action a été donné le 24 septembre 2012 au cours d’une journée intitulée : "C’est décidé, je change la planète". L’après-midi, les citoyens du Pays étaient invités à un forum dans le cadre duquel neuf structures oeuvrant pour la préservation des ressources se sont présentées et ont apporté des informations pratiques aux visiteurs.

Les 270 participants se sont vus remettre un document recto-verso, mémento des éco-gestes à leur portée et répertoire des structures pouvant les accompagner dans leur démarche. Ils avaient aussi la possibilité de "prendre la température" de leur logement, sur un stand exposant les résultats de la campagne de thermographie aérienne du secteur. "Nous avons eu l’heureuse surprise d’accueillir de nombreuses personnes curieuses de ces questions, au-delà du cercle des militants ou des initiés", rapporte Jean-Marie Prestaux.

Succès théâtral

Le plus décoiffant était à venir : une soirée-débat ordonnée autour de saynètes humoristiques jouées par la troupe de comédiens de La Crête (Loos, Nord) et rythmée par des échanges dynamiques au sein du public. Gros succès, là encore. Au point que les comédiens ont été à nouveau embauchés, quelques semaines plus tard, à l’occasion de la fête de l’énergie, pour interpeller les chalands sur le marché d’Arras. Restait un projet de mini-spectacle itinérant, à bord des autobus de l’agglomération, qui n’a pu se concrétiser. En revanche, le président du conseil de développement à mis en oeuvre une opération dont il avait repéré l’efficacité ailleurs en France : "Une famille, une semaine, sans voiture". En avril 2013, un couple d’habitants de Beaurains et leurs deux grands enfants ont accepté de laisser leurs deux voitures au garage pendant sept jours et de circuler à vélo et en transports collectifs. Le "défi" a été relevé bien sûr, moyennant quelques remises en question et changements d’habitudes. Il a fait l’objet d’une importante couverture médiatique.

Une action similaire, mais moins retentissante, a eu lieu à propos des déchets, dans la région de Bapaume : une famille s’est appliquée, pendant une semaine, à acheter mieux et à jeter moins. La boucle de ce programme de sensibilisation a été bouclée, en novembre 2013, aux rencontres climat réunissant la ville d’Arras et sa jumelle allemande d’Herten. Le Conseil de développement a participé à la manifestation, à l’occasion des tables rondes et de visites de sites exemplaires dans le Pays d’Artois.

De la cohérence !

Quel bilan tirer de tout cela ? "Nous avons touché pas mal de monde, conformément à nos objectifs, mais on se rend compte aujourd’hui qu’il faudrait des piqûres de rappel", observe Jean-Marie Prestaux. Le conseil de développement, représentant des forces vives du territoire à travers une centaine de membres (chefs d’entreprises et commerçants, syndicalistes, agriculteurs, acteurs de la formation et de la culture, etc.), continuera à y prendre sa part. Il a le projet de créer deux groupes de travail en son sein, sur les techniques d’éco-construction et éco-rénovation et sur le développement des transports collectifs.

L’exécution du plan climat du pays d’Artois de 2011 s’achève : 80 % des actions prévues ont été réalisées. Un nouveau plan devrait être écrit l’an prochain.

Le conseil de développement, quoi qu’étant un organe informel, dépourvu de grands moyens d’ingénierie, en sera encore une fois partie prenante. "La lutte contre le changement climatique s’impose à nous comme une évidence et nous jouerons notre rôle de passerelle entre les décideurs et les citoyens", indique Jean-Marie Prestaux.

Encore faut-il, ajoute le fervent défenseur et promoteur du territoire d’Artois, que la cohérence prévale à tous les niveaux. "Le pouvoir national ne peut pas nous demander de nous impliquer et nous supprimer des dessertes TGV !".

Ce qu'il faut retenir

L’action portée par le conseil de développement dans le cadre du plan climat du Pays d’Artois favorise, par de nombreuses animations, la mobilisation et l’engagement concrets des habitants autour du défi climat. Il s’agit d’une première action structurante à destination du grand public menée dans le cadre d’un plan climat en région.

FICHE D'IDENTITÉ

Lieu/échelle d'intervention

Pays d'Artois

Identification du porteur de projet

Partenaires

Partenaires : CUA, CAUE 62, SMAV, Artis, UFC Que choisir, EIE local, PACT d’Arras, GDF Suez, Crédit agricole et d’autres partenaires

Indicateurs de moyens et de résultats

  • Montant de l’opération : 16 700 €
  • Financement FRAMEE : 3 700 €

Période de réalisation

  • Durée de l’opération : 12 mois
  • Date de l’opération : 2012 - 2013

Bénéficiaires / cibles de l'action

Habitants du Pays d'Artois.

Documents de référence disponibles

 

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire