Mis à jour le 28 juillet 2016

L’autorité organisatrice des transports des agglomérations de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay-Noeux diversifie son soutien aux actions de mobilité alternative à la voiture. Une application informatique a été testée récemment dans le parc des industries Artois-Flandres. Go Too... C’est le nom d’une application créée par la société Transway, qui permet de cerner les pratiques de déplacement d’un groupe particulier de personnes. Elle a été mise en expérimentation, en 2013 et 2014, auprès des entreprises et salariés du parc des industries Artois-Flandres, qui s’étend sur les territoires de Douvrin et Billy-Berclau.

CONTEXTE et descriptif de l'action

A l’origine de cette opération, se trouve le syndicat mixte des transports Artois-Gohelle (SMTAG). Chargé d’organiser les transports en commun (sous le label Tadao) sur les 760 km2 des agglomérations de Béthune-Bruay-Noeux, Lens-Liévin et Hénin-Carvin, il a aussi une mission de conseil aux entreprises en matière de mobilité. Ce soutien technique et financier s’applique notamment à l’élaboration et la concrétisation de plans de déplacements d’entreprises (PDE).

Depuis mars 2014, en vertu de nouvelles dispositions de protection de l’atmosphère, ces programmes sont obligatoires pour les entreprises de plus de cinq cents salariés et pour celles de plus de deux cent cinquante salariés implantées dans une zone d’activité.

Go Too... C’est le nom d’une application créée par la société Transway, qui permet de cerner les pratiques de déplacement d’un groupe particulier de personnes. Elle a été mise en expérimentation, en 2013 et 2014, auprès des entreprises et salariés du parc des industries Artois-Flandres, qui s’étend sur les territoires de Douvrin et Billy-Berclau.

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

Un plan de déplacements offensif

Mais le SMTAG n’a pas attendu ce nouveau contexte pour prêter main forte aux volontaires, au premier rang desquels le parc Artois-Flandres et le syndicat mixte qui le gère, le SIZIAF. Dès 2006, un plan de déplacement "de zone" y a été mis en place, sur base de 500 questionnaires remplis par des salariés et de 1 500 identifications de domiciles. L’une de ses déclinaisons majeures a été le lancement par le SMTAG d’une navette Tadao reliant le parc à la gare de La Bassée et le desservant en quatorze points d’arrêt. De son côté, le SIZIAF a créé des points de covoiturage, en relais du système spontanément mis au point par les travailleurs postés des usines, et a réalisé des pistes cyclables. Il faut dire que le parc Artois-Flandres, qui rassemble 70 entreprises et environ 5 500 salariés, est certifié ISO 14 001 et régi par un système de management environnemental.

Do it yourself

Les deux partenaires (SMTAG et SIZIAF) partagent donc une même préoccupation et ont une pratique de coopération ancienne. En 2012, s’est posée la question de la poursuite de cette action et de l’actualisation des données qui avaient servi de base au PDE. "Plutôt que de procéder à une enquête lourde comme en 2006, alors que la situation n’avait pas fondamentalement changé, nous avons choisi de recourir à l’outil Go Too, incitant les intéressés à communiquer eux-mêmes les informations sur leurs déplacements", expose Marie Le Stum, ingénieure chargée de la mobilité au SMTAG. En signalant, par téléphone ou par ordinateur, qu’il a utilisé des modes de transports alternatifs à l’automobile en solo (co-voiturage, train, transports en commun, vélo, marche), un particulier inscrit sur Go Too se voit attribuer des points dénommés "Soleillos". Nanti d’un certain nombre de points, il a accès à une "e-boutique" ; là, il bénéficie de cadeaux ou de réductions sur des produits plutôt estampillés "déplacements doux" (un vélo pliant ou électrique, ou encore un GPS pour piétons).

Peu de retours sur le site

L’expérimentation soutenue par le fonds Framée a duré dix-huit mois. Mais force est de constater qu’elle n’a pas mobilisé des foules. Seulement quatre personnes employées dans le parc des industries ont joué le jeu des Soleillos... Une centaine d’autres ont suivi l’évolution de la page Facebook ouverte à cette occasion. C’est bien trop peu pour caractériser des pratiques et les analyser, comme c’était prévu. « Les personnels de la zone ne sont pas des pratiquants assidus des nouvelles technologies », avance Arnaud Lecourieux, responsable environnement du SIZIAF. Pour autant, il refuse de considérer que l’opération a été inutile "Peut-être est-elle venue un peu trop tôt mais nous avons beaucoup appris sur les apports futurs des nouvelles technologies dans le domaine de la mobilité", assure-t-il.

En campagne dans les usines

Surtout, il souligne l’apport de la société Transway dans la sensibilisation des usagers du parc aux "trajets durables". Mandaté par le SMTAG, le cabinet a effectué deux campagnes de communication au sein des entreprises, à l’automne 2012 et à l’automne 2013, se traduisant par des forums, des "quarts d’heures mobilité", des distribution de documents, des envois de courriers et de mails. L’accueil des entreprises a été bon dans l’ensemble. Du côté des salariés, la conclusion de Transway est qu’il reste beaucoup à faire en matière d’information et d’incitation au changement des habitudes automobiles.

Mixer les approches

"Les contacts directs restent un bon vecteur de sensibilisation mais ils sont souvent compliqués à organiser : il faut aller sur les lieux de travail et viser des moments de pause, constate Arnaud Lecourieux. Il faut donc envisager de nouvelles approches. Nous pouvons et nous devons ouvrir plusieurs fronts". Marie Le Stum, du SMTAG, est sur la même longueur d’onde. "L’apport du Framée nous a permis de tester un système innovant. Mais nous continuons à soutenir le parc d’industries Artois-Flandres dans la promotion de ses orientations et de ses actions concrètes".

Ce qu'il faut retenir

Malgré les difficultés de mobilisation autour de cet outil informatique, cette opération globale sur la mobilité contribue à créer les conditions favorables à l’intermodalité et à limiter l’usage de la voiture individuelle. 

 

Lieu/échelle d'intervention

Agglomérations de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay-Noeux

Identification du porteur de projet

  • Organisme : Syndicat mixte des transports Artois Gohelle (SMTAG) et Syndicat mixte de la zone industrielle Artois-Flandres (SIZIAF)
  • Prestataire : Transway

Partenaires

 

Indicateurs de moyens et de résultats

Indicateurs :

  • Mise en place dès 2006, d’un plan de déplacement de zone sur la base de 500 questionnaires remplis par des salariés et de 1 500 identifications de domiciles
  • Actions mises en place dans le cadre du PDE : navette Tadao reliant le parc à la gare de La Bassée, création de points de covoiturage (trois lieux de rendez-vous avec abris ont été réalisés), mise en place par Tadao d’un site Internet permettant aux salariés d’entrer en relation et réalisation de pistes cyclables (7 kilomètres de pistes cyclables sécurisées).
  • Création d’un réseau de référent mobilité en 2012 avec 17 représentants d’entreprises
  • Test de l’application GoToo par 4 personnes et suivi sur Facebook par une centaine de personnes
  • Montant de l’opération : 17 342 €,
  • Subvention Framee de 6 937 €

Période de réalisation

  • Durée de l’opération : 18 mois
  • Date de l’opération : 2012

Bénéficiaires / cibles de l'action

Entreprises et salariés.

Documents de référence disponibles

 

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire