Mis à jour le 6 décembre 2017

En conformité avec les objectifs fixés par le plan climat du Grand Douaisis, Roost-Warendin cherche à jumeler modernisation de ses bâtiments publics et préoccupations environnementales. Terrain d’application : le groupe scolaire Salengro... et quelques constructions voisines.

CONTEXTE et descriptif de l'action

Il était temps de s’y mettre : les briques du groupe scolaire Roger Salengro de Roost-Warendin accusaient le poids des ans, les vingt classes primaires et maternelles étaient dispersées dans plusieurs bâtiments, obligeant les quelque 500 élèves à de fréquents mouvements, l’équipe enseignante manquait de locaux administratifs et pédagogiques... Au début de la décennie, la commune et son premier magistrat, Lionel Courdavault (en photo), ont donc lancé une opération de restructuration (rénovation et extension) de l’établissement. Objectif : une "école du vingt-et-unième siècle" !. Et pour le maire, par ailleurs président du syndicat mixte du SCoT du Grand Douaisis, soucieux de prévenir le changement climatique, cette transformation devait, à l’évidence, comprendre un volet énergétique.

 

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

Du conseil en énergie partagé

Pour commencer, Roost-Warendin a sollicité le "Conseil en énergie partagé", service fourni par le Plan Climat Territorial du SCoT du Grand Douaisis aux collectivités qui y adhèrent. Des techniciens thermiciens sont venus dresser un état de la consommation d’énergie des bâtiments publics de la commune, analyser les contrats de fourniture d’énergie et d’entretien des matériels et viser toutes les factures. Le rapport a confirmé que les écoles primaire et maternelle Salengro étaient énergivores et qu’une rénovation de haute qualité environnementale serait bienvenue, sur le plan financier comme sur le plan environnemental. C’est le choix qu’a fait la municipalité : le projet de l’architecte Olivier Chapel, mis en oeuvre depuis fin 2012, mise sur l’isolation des murs (intérieure, par fibre de bois et extérieure, par laine de roche) et de la toiture (par un composé de chanvre et de lin), associée à une ventilation double flux. Des brise-soleil et des éclairages avec détecteurs de présence sont aussi au programme.

Un réseau pour neuf bâtiments

Restait la question du chauffage... "Les experts du conseil en énergie partagé nous ont incités à réfléchir à une solution globale, incluant des bâtiments très proches du groupe scolaire : la mairie, la bibliothèque, la cantine, un centre médico-scolaire et les ateliers municipaux", rapporte Lionel Courdavault. Le bureau d’études TW Ingénierie a établi la faisabilité du projet : les neuf constructions, alimentées jusque là par sept chaudières individuelles, pouvaient être raccordées à un mini-réseau de chaleur. Et la source de ce réseau serait une chaudière biomasse, doublée d’une chaudière d’appoint au gaz. Résultats attendus de la transformation de l’école et de son nouveau mode de chauffage : une économie d’énergie de 33 % et une réduction de 67 % de ses émissions de gaz à effet de serre.

Vers une filière bois usagé

La chaufferie a été livrée à l’automne 2013 et a servi au cours de l’hiver dernier. La chaudière bois a une puissance de 250 kW. Sa voisine au gaz, qui répond aux appels de puissance des débuts de saisons et des périodes de grand froid, développe 600 kW. La biomasse utilisée est la plaquette forestière : du bois broyé provenant d’élagages mais dont la granulométrie et le taux d’humidité sont précis. A terme, la commune espère trouver dans son territoire les 200 tonnes de bois nécessaires chaque année. Une étude menée par le syndicat du SCoT et le parc naturel régional Scarpe-Escaut, en lien avec les intercommunalités, a révélé un gisement potentiel et la possibilité de créer une filière de valorisation de "bois usagé" dans le Douaisis. Le réseau de chaleur, quant à lui, mesure quelque 700 mètres ; le service de chaleur dans chaque bâtiment est assuré et régulé selon les besoins par des échangeurs à plaques. Les cheminées de la chaufferie sont équipées de filtres à particules (quoique le dispositif ne soit pas obligatoire). Les cendres (1 % du bois brûlé) servent de fertilisant pour les plantations communales.

Une saison de "calage"

L’investissement dans la chaufferie et son réseau s’élève à 550 000 €, dont 45 % couverts par des subventions de l’ADEME et du conseil régional Nord - Pas de Calais. Le maire de Roost-Warendin, qui croit au bois, n’en manie pas la langue... "L’initiative a été régulièrement évoquée et critiquée au cours de la campagne électorale des municipales, reconnaît-il volontiers. Mais la population a aussi manifesté son intérêt pour la réalisation à l’occasion d’une "porte ouverte". Les habitants présents étaient fiers que la commune se soit dotée d’un tel outil". A noter que l’initiative de Roost-Warendin a reçu le prix Chloro’Ville lors du salon Environord 2014. "Sur le plan technique, nous avons vécu une saison de mise en route, de calage, de réglage, poursuit le maire. Nous avons même connu quelques pannes, sans incidence sur le confort des occupants". La chaufferie bois a quand même fourni 50 % de l’énergie nécessaire, ce qui a engendré une économie d’environ 12 000 € par rapport à une solution tout au gaz (soit un tiers de la facture ancienne).

Au moins y réfléchir...

La performance du système est encore difficile à apprécier. L’hiver 2013-2014 n’a pas été rigoureux. La restructuration du groupe scolaire ne s’achèvera pas avant 2015. Par ailleurs, tous les bâtiments desservis n’ont pas encore fait l’objet d’améliorations énergétiques. Des panneaux solaires thermiques ont été posés sur le réfectoire mais l’isolation de la mairie et des ateliers municipaux sont seulement envisagées pour la période 2015-2020. En tout état de cause, la société chargée par la mairie d’exploiter l’installation (gestion, entretien, fourniture de plaquettes) est tenue par contrat à une limitation de consommation d’énergie, correspondant aux calculs du conseil en énergie partagé. "Nous avançons progressivement, au rythme d’une petite ville, mais c’est une belle aventure, expose Lionel Courdavault. Je la crois reproductible même si chaque collectivité doit aviser en fonction de sa situation particulière. Une chose est sûre : en cette période de disette financière et de crise environnementale, ne pas se poser la question de l’approvisionnement énergétique des bâtiments publics serait une erreur". Des représentants de communes proches comme Vred, Férin, Rieulay, Somain, ou plus lointaines comme Saint-Laurent-Blangy et Bourbourg, sont déjà venus visiter l’installation de Roost-Warendin pour y puiser peut-être inspiration...

Ce qu'il faut retenir

Ce projet-vitrine de réhabilitation ambitieuse d’un groupe scolaire, avec mise en place d’un réseau de chaleur, s’intègre dans une dynamique territoriale climat visant la mutualisation à l’échelle d’un territoire de projet.

 

FICHE D'IDENTITÉ

Titre de l'action

Rénovation et extension du groupe scolaire Roger Salengro en haute qualité environnemenale et création d’un réseau de chaleur desservant l’établissement et cinq autres bâtiments publics

Lieu/échelle d'intervention

Ville de Roost-Warendin

Identification du porteur de projet

Ville de Roost-Warendin

  • Coordonnées  : 7Bis Rue Racine, 59000 Lille

Partenaires

ADEME et Conseil régional Nord-Pas de Calais

Indicateurs de moyens et de résultats

  • Etude pré-opérationnelle pour la réhabilitation énergétique du groupe scolaire :
  • Date : 2011 - 2012
  • Montant : 48 700 € HT
  • Participation fonds Framée : 20 000 € HT
  • Réhabilitation énergétique du groupe scolaire :
  • Date : 2013 à 2015
  • Montant : 5,5 M€ HT (y compris études)
  • Participation fonds Framée : 57 656 €
  • Principaux choix techniques :
    • Isolation renforcée des murs (par l’intérieur avec fibre de bois et par l’extérieur avec laine de roche)
    • Isolation renforcée de la toiture (chanvre et lin)
    • Mise en place de brise-soleil
    • VMC double flux avec échangeur à haut rendement
    • Éclairage performant avec détecteurs de présence
    • Charte chantier à faibles nuisances
  • L’ensemble des mesures prévues devrait permettre d’atteindre un niveau de consommation énergétique théorique de : 57 kWh/m2/an pour l’école primaire 1 ; 72 kWh/m2/an pour l’école maternelle 2 ; 56 kWh/m2/an pour l’école primaire 2
  • Création d’un réseau de chaleur alimenté par une chaufferie bois et gaz :
  • Date : 2013
  • Montant : 550 000 € HT
  • Participation fonds Framée : 251 000 €
  • Principaux choix techniques :
    • Puissance de la chaudière bois (plaquette forestière) : 250 kW (avec appoint chaudière gaz à condensation)
    • Longueur du réseau de chaleur : 700 m
    • 9 bâtiments alimentés
    • Consommation biomasse : 200 tonnes par an
    • Résultats "développement durable" escomptés de l’installation collective de chauffage sur neuf bâtiments : Baisse de la consommation totale : 26 % ; Baisse des dépenses d’énergie : 41 % ; Diminution des émissions de GES pour le projet global : 91 % ; Nombre de tonnes de CO2 évitées pour le projet global : 109 tonnes équivalent CO2 par an

Période de réalisation

2013 à 2015

Bénéficiaires / cibles de l'action

Habitants

Documents de référence disponibles

 

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire