Mis à jour le 28 juillet 2016

Rencontre avec Véronique Delannoy, coordinatrice du pôle Synéo.

Analyse de l'initiative

L’écologie industrielle et territoriale est un concept de bon sens. Que des acteurs socio-économiques, installés en un même lieu, aient intérêt à réfléchir à leurs possibles complémentarités, que les déchets des uns puissent devenir les matières premières des autres, cela semble aller de soi. Le "pôle Synéo", basé à Valenciennes, se fait le promoteur de ce bon sens. L’association rassemble plus de 80 membres (entreprises, associations, collectivités). Créée à l’origine, fin 2007, pour accompagner la réalisation d’une écozone autour d’une station d’épuration, elle a orienté ses actions vers la sensibilisation et l’information sur le développement durable. Depuis 2010, le pôle Synéo accompagne des entreprises et leur propose des services (comme son nom l’indique, pour créer des "synergies nouvelles" entre ses membres) en matière de management, formation et évolution des hommes et des compétences, écologie industrielle et territoriale.

Une action concertée

En cela, Synéo rencontre la volonté de plusieurs acteurs du Valenciennois. Et elle mène avec eux des actions communes, sous l’égide notamment du Plan Climat Territorial du Parc naturel régional Scarpe-Escaut et de la Communauté d’Agglomération de La Porte du Hainaut. L’association a rédigé un guide sur la maîtrise et le tri des déchets, en partenariat avec cette même communauté d’agglomération et celle de Valenciennes-Métropole. Elle coopère avec le SIAVED, Syndicat Intercommunal de Douchy-les-Mines, pour la réduction de la production de déchets (programme Boréal) ; elle a tenu deux conférences au salon JADDE 2011 et elle a constitué un comité de coordination de ses actions avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Grand Hainaut. S’agissant d’écologie industrielle, Synéo a lancé une première démarche, financée par le fonds Framée et le Conseil général du Nord, en 2010, sur la zone d’activité de Prouvy-Rouvignies (les parcs d’activité de l’aérodrome est et ouest).

Au-devant des entreprises

"Ce parc comprend un terrain d’aviation et s’étend sur cinq communes et deux Communautés d’Agglomération, expose Véronique Delannoy, coordinatrice de Synéo. Il compte 160 entreprises, essentiellement des TPE et PME-PMI. Un partenariat a pu être engagé avec le "club de zone" existant, qui s’occupait déjà de la signalétique et du plan de déplacement de zone. A charge pour Synéo de travailler sur la gestion des déchets des entreprises". Un questionnaire soumis à la quasi-totalité des entreprises de la zone a permis de cerner les grandes masses de déchets qu’elles produisent. L’enquête, rendue publique début 2011, en présence d’élus et techniciens des deux Agglomérations du territoire et d’une trentaine de représentants d’entreprises, a fait apparaître une part dominante de déchets de papier et carton. Elle a aussi révélé l’existence d’un peu de ferraille (assez bien valorisée) et de quelques déchets industriels spéciaux (huiles, chiffons souillés, boues de déshuileurs).

Quatre adhésions

Les volumes n’étaient pas énormes mais le gisement pouvait néanmoins se prêter à des opérations de collecte mutualisées. Parmi les participants à cette première phase, une vingtaine de dirigeants se sont dits prêts à aller plus loin, c’est-à-dire à effectuer un diagnostic détaillé de la gestion de leurs résidus (tri, rythme d’enlèvement, coût), ainsi que de leurs approvisionnements en eau et en énergie. Pour tenter d’agrandir le cercle des convaincus, Synéo a organisé une collecte gratuite de déchets en un point du parc d’activité, comme elle l’avait déjà fait, deux fois, en 2010. Avec, chaque fois, de petits succès...

Disposant d’informations précises sur les matériaux à traiter, le pôle Synéo est passé, début 2012, à la phase de concrétisation du projet : la recherche de prestataires de collecte/recyclage et la signature de conventions à des tarifs défiant toute concurrence (quelques dizaines d’euros par prestation). L’association a notamment conclu un accord avec une association d’insertion, dont le personnel est mobilisable en fonction des volumes de produits à traiter. Seule condition pour bénéficier de ce service : adhérer à Synéo (300 euros par an). A ce jour, quatre entreprises ont saisi l’opportunité.

Crise et convictions

Succès modeste, on en conviendra. Véronique Delannoy le relativise : "Les initiatives d’écologie industrielle sont des processus longs, de l’amorce du dialogue à la pratique régulière". Elles supposent avant tout de dépasser les a priori pour mettre en lumière le bien-fondé de la démarche. L’association Ecopal, porte-drapeau de cette même démarche sur le littoral dunkerquois, a dû attendre cinq ans avant que ses efforts soient couronnés de succès et que le système qu’elle avait monté tourne à plein régime. Ecopal est d’ailleurs très présente auprès de sa cousine valenciennoise et la fait profiter de son expérience.

Autre élément d’explication avancé par la coordinatrice du pôle Synéo : les difficultés économiques actuelles. Les entreprises sont vraiment très préoccupées et ne disposent pas toujours du temps nécessaire à la réflexion en matière de gestion de l’environnement. Par ailleurs, Véronique Delannoy observe que les mentalités changent lentement dans le champ professionnel, plus lentement que dans la sphère de la vie privée. "Pour que les choses bougent, il faut que le dirigeant soit très motivé, propriétaire de son entreprise ou disposant d’une grande autonomie de gestion". Pour sa part, Synéo convient qu’elle doit améliorer sa "force de conviction"  ; elle recrute cet automne un nouveau chargé de mission au profil commercial. Car l’association est bien décidée à poursuivre son action en faveur de l’écologie industrielle et territoriale, conçue et validée au sein d’ateliers auxquels participent bénévolement de nombreux acteurs locaux. En 2012, le pôle a élargi la gamme de ses interventions dans la zone de Prouvy-Rouvignies, en organisant deux forums de l’énergie et en jetant les bases d’un possible groupement d’achats responsables.

Fiche d’identité

Démarche d’écologie industrielle et territoriale dans le Valenciennois

  • Contact : Véronique Delannoy, Coordinatrice du pôle Synéo au 03 27 21 64 15 ou sur veronique@polesyneo.eu
  • Date de lancement de l’opération : 2011 - 2012
  • Financement FRAMEE : (Ademe et Région Nord Pas de Calais) de 34 820 € sur un coût total d’opération de 69 640 €.
  • Nom de la structure Pôle Synéo

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire