Mis à jour le 30 novembre 2016

Partant de la problématique du transport de marchandises en centre-ville, le projet du Centre Multimodal de Distribution Urbaine [CMDU], mené à l’initiative de Ports de Lille, propose aux entreprises un nouveau mode d’approvisionnement évitant les encombrements et la pollution liés aux camions de livraison. Un soit, un nouveau concept de logistique urbaine plus durable !

CONTEXTE et descriptif de l'action

Ports de Lille, service extérieur de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Grand Lille, regroupe différents ports intérieurs multimodaux (canal/ferroviaire/route) : celui de Lille mais aussi onze autre ports intérieurs de la région, ce qui en fait le troisième port intérieur de France, après ceux de Paris et Strasbourg. La vocation de Ports de Lille est double : autorité portuaire et opérateur logistique (location de terrain, d’entrepôts, prestation de services logistiques …). Les principaux trafics sont : les conteneurs venant des ports de Dunkerque ou de Belgique, les granulats et pondéreux pour le BTP, les colis lourds hors normes (pour la construction d’usine par exemple).

Ports de Lille expérimente le Centre Multimodal de Distribution Urbaine, nouveau concept de logistique urbaine plus durable.

Durée: 02:13

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

Organiser et optimiser les flux de marchandises en ville

« Dès avril 2015, le Port de Lille va proposer aux commerçants de stocker à leur place, au sein des locaux du CMDU, leur marchandise (stock déporté). Ainsi, leur boutique gagnera en espace de vente. Et nous proposerons aux transporteurs d’avancer leurs marchandises par route, rail ou voie d’eau en plus grande quantité jusqu’au port (stock avancé). Charge à nous ensuite d’assurer les livraisons en centre-ville en petit véhicule électrique. » explique Philippe Hourdain. Une plate-forme web de gestion des stocks permettra d’optimiser et mutualiser les tournées sur plusieurs points de livraison, « soit une mobilité intelligente des marchandises ! » précise le Président de la CCI Grand Lille. Avantages de ce nouveau modèle qui offre une capacité de stockage de 500 palettes : diminution des nuisances, des congestions et d’une manière générale des externalités environnementales négatives. Ce service sera payant pour les clients qu’ils soient commerçants ou transporteurs.

Vers une plateforme multi-services

Le CMDU propose, en plus de ce service de stockage et de livraison, toute une palette multi-services. Notamment de la logistique inversée : « Une fois la marchandise livrée aux commerçants, nous leur proposons de récupérer cartons, consignes, huiles alimentaires et plastiques, pour les envoyer ensuite dans un centre de recyclage. » Le CMDU est aujourd’hui en phase test avec dix clients depuis 2013 : l’Abbaye des Saveurs, Gecco, Jean Bouteille, PromoCash, Bière Célestin... « En 18 mois, la hausse de leur chiffre d’affaire a compensé le prix de location au sein de CMDU ! » constate Philippe Hourdain. A terme, le CMDU sera installé dans un bâtiment du Port de Lille qui sera réhabilité sur 5000 m2 (avec possibilité d’extension) avec création d’une pente spéciale pour triporteur, pont roulant pour décharger les marchandises de la voie d’eau et un accès rail. Il sera proche du pont qui relie Lille à Lambersart via l’avenue de Dunkerque. Coût du projet : 2 millions d’euros (financés par l’Europe, la Région et Ports de Lille). Demain, la gestion du CMDU sera confiée à un opérateur privé (transporteur ou logisticien) qui louera le nouveau bâtiment et mettra en œuvre le cahier des charges du CMDU. D’où l’Appel à Manifestation d’Intérêt, lancé en juillet 2014, pour trouver cet opérateur qui sera choisi en février et opérationnel en mai 2015. Son rôle et ses objectifs chiffrés seront clairement définis au moment des négociations contractuelles avec le CMDU.

Ce qu'il faut retenir

Un challenge logistique

Loin de vouloir devenir un nouveau péage à transport de marchandises, le CMDU est au contraire pensé comme un vrai challenge de logistique et de changement de comportements, pour réinventer le rôle du Port de Lille au regard des nouveaux besoins du centre-ville : « nous avançons pas à pas, il y a encore du monde à convaincre. Ce projet ne demande pas de nouvelles compétences mais un changement des mentalités dans la gestion de stock chez les commerçants et transporteurs ! Il ne faut plus se concentrer sur le taux de remplissage des camions mais sur les besoins des clients, tout en utilisant les véhicules adaptés. » conclue Philippe Hourdain. En effet, pour l’instant, le transport de marchandises à destination du centre-ville est essentiellement routier. Et les camions rentrant dans le centre-ville ne sont généralement plein qu’à 65%. Demain, tous espèrent que le transport sera multi-modal, et notamment fluvial : « nous souhaitons innover, en créant de petites unités appelées « messagerie fluviale », qui livreraient de la marchandise en provenance de plate-formes plus lointaines comme celles de Dourges, Halluin, La Bassée ou Warneton ». Également, CMDU pense proposer à terme la préparation de commandes pour le compte de commerçants ou d’acteurs de l’évènementiel.

Abonnez-vous !Recevez nos lettres d'informations

S'inscrire