Mis à jour le 25 juillet 2016

L’expression est à la mode et suggère l’innovation technologique comme l’époque en raffole. On imagine des usines high tech et des process où rien ne se perd et tout se transforme. Loin des grands groupes et du miracle technologique, l’écologie industrielle se dessine aussi à l’échelle des TPE et des PME. Dans les parcs d’activités d’Hénin et Carvin, l’association Carvin entreprises assemble patiemment les pièces d’un puzzle vertueux, à rebrousse-poil de l’individualisme ambiant.

CONTEXTE et descriptif de l'action

« Lorsque j’ai commencé à travailler pour Carvin entreprises, je me suis aperçu que quasiment aucun des patrons de la centaine de TPE et PME des trois parcs d’activités d’Hénin-Carvin ne se connaissaient, explique Denis Rousseau, responsable de Carvin entreprises. Or se connaître, c’est non seulement plus humain et plus agréable mais c’est aussi une source d’économies. » Trivialement, l’écologie industrielle commence là, dans la connaissance de ces voisins et la compréhension que la mutualisation peut être plus rentable que la débrouille individuelle.

Des origines très terre à terre

L’histoire de Carvin entreprises prend racine dans des difficultés partagées. En 2006, Jocelyne Hemelsdael et son mari, chefs d’entreprise, sont confrontés à une série de cambriolages dans leur société située sur l’une des zones d’activités Hénin-Carvin. Plutôt que d’agir seuls, ils proposent aux autres chefs d’entreprises de mettre en commun une solution de gardiennage. Ils découvrent alors que les visites nocturnes d’individus peu scrupuleux ne sont pas leur seul apanage. L’association naît ainsi autour de la mutualisation des services d’une entreprise de gardiennage. La négociation groupée permet d’obtenir un meilleur tarif, l’idée qu’on est plus fort à plusieurs vient de naître.

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

Mutualisation de la collecte des déchets

Forts de cette expérience, Jocelyne Hemelsdael et plusieurs chefs d’entreprises fondent Carvin entreprises : le principe est de proposer aux dirigeants de se regrouper sur la base du volontariat pour développer et négocier des services collectifs. L’association compte aujourd’hui 125 entreprises, qui représentent près de 8 000 emplois, et s’appuie sur trois salariés.

En 2008 démarre le projet de gestion mutualisée des déchets. Une première étude accompagnée par une aide du Framée permet de définir 8 familles de déchets et de lancer des appels d’offres pour mettre les prestataires en concurrence. Depuis 2010, 35 sociétés adhèrent à ce service qui est à la fois une source d’économie pour chaque entreprise et une façon de développer le tri sélectif et le recyclage.

Seuil critique

En effet, séparément peu d’entreprises disposaient d’un volume de déchets suffisant pour mettre en place une solution de tri rentable. La plupart du temps, une benne unique regroupait l’ensemble des résidus. La solution de mutualisation mise en oeuvre permet d’atteindre une masse de déchets critique à partir de laquelle le tri et la valorisation sont économiquement possibles. Cinq prestataires gèrent aujourd’hui huit tournées de collectes spécifiques qui représentent non seulement une source de revenus nouvelle pour les entreprises, certains déchets étant maintenant vendus pour être valorisés, mais aussi une contribution non négligeable à une économie plus sobre et plus efficace.

Des déchets aux achats responsables

La même logique vertueuse a présidé à la mise en place d’une plateforme de mutualisation des achats. Partant du constat que très peu de TPE et PME disposent d’un service ou d’un volume de commande à même de négocier les prix au mieux, les responsables de Carvin entreprises proposent d’organiser une solution collective et mutualisée. Les réflexions commencent en 2012 grâce à un financement du Framée (60 % de la dépense) dans le cadre du programme de développement de l’offre régionale en éco-produits, éco-services et produits éco-conçus.

« L’idée était à la fois d’offrir aux adhérents une solution pour faire des économies mais aussi de trouver une nouvelle source de financement pour l’association, via une petite commission retenue sur chaque commande explique Denis Rousseau. Comme pour les déchets, l’ambition était que cette mutualisation soit aussi vertueuse, qu’elle mette en œuvre les principes du développement durable. »

Économie et écologie

Après une première solution infructueuse, un accord est trouvé avec SA2M, une PME spécialiste de solutions achats et le service démarre via un site internet en mars 2014. Matériel de protection individuelle, matériel de bureau, outillage... la mutualisation des achats permet de réaliser une économie de 5 à 20% environ selon les produits. Second effet positif, les achats mutualisés permettent des livraisons coordonnées et regroupées au sein des parcs d’activités, ce qui limite les déplacements. Par ailleurs, un cahier des charges des achats responsables est en cours d’écriture : il préconise la recherche de produits fabriqués localement (et quand c’est possible au sein des entreprises adhérentes) ainsi que le respect de normes sociales de la part des fournisseurs. « C’est un travail de longue haleine et nous ne sommes pas encore parvenus à notre objectif en termes de procédures commente Denis Rousseau. Mais nous voulions terminer ce cahier des charges sans tarder et le perfectionner au fur et à mesure, en relation avec les utilisateurs afin de le rendre pédagogique parce que ce qui reste le plus dur à changer, ce sont les perceptions et les habitudes. » Six mois après son lancement, sept entreprises utilisent ce nouveau service.

Écosystème collectif

Un bilan est programmé pour la fin de l’année. En attendant, la montée en charge se fait de façon progressive : 600 commandes ont été passées via le site au cours des quatre premiers mois. Petit à petit, Carvin entreprises construit un écosystème collectif dans un environnement plutôt enclin à la compétition et aux logiques individuelles.

Une crèche inter-entreprise est ainsi née en 2012. Un travail autour des déplacements et des connexions à construire avec la gare et les transports en commun est en cours depuis 2009. « Le bon développement d’un territoire c’est un peu comme une série d’engrenages qui s’imbriquent harmonieusement, conclut Denis Rousseau. Le problème, c’est qu’aujourd’hui ces engrenages sont en partie disjoints, entraînant des gaspillages ou des dépenses inutiles. Notre travail consiste à inventer modestement des solutions pour y remédier. »

Ainsi une seconde crèche inter-entreprises et associative devrait ouvrir ses portes début 2015, alors qu’une conciergerie de territoire est en cours de gestation. Elle aura pour premier objectif d’apporter des services aux salariés en s’appuyant sur des fournisseurs locaux et prioritairement des structures de l’économie sociale et solidaire.

Ce qu'il faut retenir

Carvin entreprises sur le bassin Lensois / Artois participe au déploiement de l’écologie industrielle et territoriale en Nord-Pas de Calais. Ces démarches visent à développer le recyclage, l’optimisation et la réduction des flux, la valorisation énergétique et le recours aux énergies renouvelables. Elles sont au cœur de la transition énergétique dans la mesure où des émissions de GES peuvent être évitées.

Lieu/échelle d'intervention

Bassin Lensois / Artois

Identification du porteur de projet

  • Organisme : Carvin entreprises
  • Contact : Denis Rousseau au 03 21 37 09 91

Partenaires

Partenaires : ADEME et Conseil régional Nord-Pas de Calais

Indicateurs de moyens et de résultats

Indicateurs :

  • 35 sociétés adhérentes du service de gestion mutualisée des déchets
  • 5 prestataires gèrent 8 tournées de collectes spécifiques
  • 7 entreprises adhérentes du service de mutualisation des achats, plus de 600 commandes passées
  • Économies réalisées par la mutualisation : de 5 à 20% environ selon les produits + des émissions de gaz à effet de serre évitées grâce la limitation des déplacements
  • Montant de l’opération : 34 750€ HT
  • Financement FRAMEE : 60%, soit 20 850 €

Période de réalisation

  • Durée de l’opération : 12 mois
  • Date de l’opération : 2012
  • Étapes :
    • 2011 : Premières réflexions autour du projet
    • 2012 : Lancement des études
    • 2014 : Lancement de la plateforme de mutualisation

Bénéficiaires / cibles de l'action

Les entreprises des parcs d’activités d’Hénin et Carvin

Documents de référence disponibles

 

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire