Mis à jour le 25 juillet 2016

En 2010/2011, le Cerdd a réuni un groupe d’acteurs relais de l’entreprise volontaires pour échanger sur leurs expériences et réflexions respectives en matière d’accompagnement à la création intégrant le développement durable. De ces échanges sont nés l’ambition et l’horizon commun : s’appuyer sur une démarche de DD dès la création d’une entreprise peut permettre d’optimiser sa performance et participer à la mutation économique de la région.

Pourtant c’est parfois le parcours du combattant pour les porteurs de projets qui souhaitent s’engager dans la voie du développement durable. Leur principale difficulté ? Mobiliser leurs interlocuteurs et parties prenantes. Si le monde des banques semble résister, certains acteurs osent prendre le risque : on les appelle les business angels !

Dans l’environnement du créateur, des acteurs influents à associer à la démarche « développement durable ».

L’intégration du développement durable paraît aux yeux de tous comme une démarche globale qui sous-tend l’ensemble du parcours d’appui, de l’émergence du projet aux phases de développement. Pourtant ce parcours est souvent semé d’embûche et un gros travail de sensibilisation est à mener auprès de l’ensemble des « influenceurs » de l’entreprise, comme les banques, les pépinières, les fonds de garantie, les experts comptable…

Pour la plupart d’entre eux, la démonstration n’est pas encore faite que l’intégration du développement durable dans l’entreprise – et plus encore dès la création de l’entreprise – est le levier d’une plus grande réussite… L’effort du créateur, s’il est souligné, ne se mesure pas, ne se traduit pas en une ligne de calcul dans l’autorisation d’un prêt, d’une assurance, etc : le coût de l’investissement l’emportant sur l’amortissement, dans une logique de court terme encore privilégiée.

Si réhabiliter un bâtiment et rechercher la performance énergétique est parfois plus cher… les économies qui en découlent, liées à la diminution de la consommation et donc des charges, ne permettent-elles pas au créateur d’augmenter sa capacité de remboursement ? Autre exemple ; reconnu pour réduire sensiblement le nombre d’accidents dans le parc automobile de l’entreprise, le PDE (plan de déplacement entreprise) ne devrait-il pas avoir une incidence sur le calcul des cotisations de l’assurance ? Les grilles d’analyse des projets, la lecture du modèle économique, l’analyse de la rentabilité et les méthodes de scoring devraient pouvoir évoluer en même temps que la méthode de définition des projets. A terme, les projets construits grâce à une « démarche de progrès » devraient pouvoir bénéficier d’une plus grande crédibilité aux yeux de l’environnement économique, et notamment des banques.

Initiative Ternois Artois, Business Angels DD du 62

Et pourtant (d’autres) acteurs de l’accompagnement des entreprises « bougent » sur le sujet. C’est le cas de France Initiative , en particulier ses « antennes » du Nord-Pas de Calais pionnières sur le sujet. Parmi les 11, c’est Initiative Ternois Artois (anciennement ADER Initiatives) qui s’est emparée la première de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Première concrétisation pour l’Initiative Ternois Artois ? Convaincue que les erreurs stratégiques se paieront dans 10 ans, elle a fait du développement durable et de la RSE, la colonne vertébrale de son projet stratégique 2012-2014. Aux engagements économiques (politique d’achat local responsable), sociaux (entretiens annuels, plans de formation, définition des profils de postes) s’ajoutent des engagements sociétaux (rencontres locales et avec les élus du territoire) et environnementaux. La plate-forme s’appuie également sur son réseau de bénévoles : implication dans des évènements régionaux et nationaux, production d’outils pratiques et réflexion stratégique au sein des instances ou des groupes de travail.

Première concrétisation pour les porteurs de projets ? Le lancement depuis janvier d’un prêt d’honneur « développement durable – RSE ». Toutes entreprises de moins de 5 ans implantées sur le territoire d’Initiative Ternois Artois ont la possibilité de recourir à ce prêt pour investir dans le recyclage des déchets, la mise en place d’un système pour le ruissellement des eaux de pluies dans les parkings, etc. Agir durablement, c’est aussi penser au bien-être des employés en améliorant l’ergonomie des postes de travail. Seront également pris en compte certains travaux comme la recherche de la performance énergétique des bâtiments…

Plafonné à hauteur de 8000 euros, il est cumulable avec un prêt d’honneur classique (dans la limite de 15000 euros) mais doit impérativement s’accompagner d’un financement bancaire

Si l’initiative touche les projets d’un territoire délimité, Initiative Ternois Artois, en explorateur, ambitionne de la porter à l’échelle régionale. Actuellement chef de file d’une commission « entreprise responsable », il a proposé une session de formation à la RSE suivie par trente personnes issues de neuf plateformes. Une dynamique à suivre de très près.

ALLER PLUS LOIN

  • Pour plus d’informations, téléchargez la note "création et DD" du Cerdd

FICHE D'IDENTITÉ

LEXIQUE

Les business angels : Associations d’investisseurs de proximité régionales (Club Cigales Plate-forme de prêts d’honneur etc.)

Le cas de France Initiative : France Initiative est un réseau qui fédère des associations locales indépendantes couvrant la quasi-totalité du territoire. Créé en 1985, il regroupe aujourd’hui 238 plateformes. Avec 15 953 entreprises financées en 2011, 35 367 emplois générés en première année, 14 200 bénévoles mobilisés, France Initiative est le premier réseau associatif de financement et d’accompagnement de la création/reprise d’entreprises en France.

Financement bancaire : Effet levier du prêt d’honneur sur le prêt bancaire : 8 euros de financement bancaire pour 1 euro de prêt d’honneur accordé.

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire