Mis à jour le 25 juillet 2016

Ce pourrait être de la prestation de services "bête et méchante". Mais cela n’aurait pas intéressé Jacques Duez. Non seulement, il a voulu que ses conciergeries d’entreprises apportent de vrais avantages, et certains services sociaux, aux salariés bénéficiaires. Mais il a tenu aussi à ce qu’elles soient un vecteur d’intégration professionnelle.

La société créée et dirigée par Jacques Duez est un peu victime des mots. Elle s’appelle "Club services", ce qui ne dit pas grand-chose. Et elle fait de la "conciergerie d’entreprises", ce qui n’est pas très engageant. "C’est vrai, reconnaît son fondateur, tout juste âgé de 27 ans. Mais nous nous situons bel et bien dans l’économie dite "servicielle", où nous tenons une position d’interface. Et le terme de conciergerie a été consacré par les Anglo-saxons, qui ont inventé et développé l’activité".

Club Services, sur demande de directions des ressources humaines et/ou de comités d’entreprises, coordonne des prestations de services destinées aux salariés : de la réalisation de travaux ménagers à la réservation de titres de transport, en passant par de la garde d’enfants, des interventions sur des véhicules, de la cordonnerie ou la livraison régulière de paniers de fruits et légumes produits localement. Les échanges de messages ou d’objets passent le plus souvent par des casiers, installés dans les locaux de l’entreprise cliente. Selon les cas et les formules, les "concierges", membres du personnel de Club Services, y font trois passages par semaine ou y tiennent des permanences. La formule comprend toujours un accès à une plate-forme internet et est parfois assortie d’une permanence téléphonique. Les sociétés clientes règlent un abonnement dont elles peuvent récupérer un quart en crédit d’impôts ; les utilisateurs finaux paient les services qui les concernent, à des prix inférieurs à ceux du marché, du fait de l’effet de nombre.

Dans l’économie solidaire

Mais ce qui importe, c’est l’esprit et la manière dans lesquels Club Services travaille. Et c’est le mot "solidaire" qui compte finalement. Jacques Duez s’est forgé des convictions pendant deux années d’action humanitaire à l’étranger et au cours de ses études de commerce. Il a aussi bénéficié de l’inspiration de ses deux frères, Pierre et Marc, créateurs des crèches écologiques "1 2 3 Soleil". Club Services a obtenu le statut d’entreprise d’insertion en 2007, avec l’appui de "Solidarcité", la fondation de La Redoute. On devrait écrire "a conquis", tant le parcours qui mène à cet agrément est compliqué. Depuis lors, elle n’embauche que des gens éloignés de l’emploi, souvent en rupture de formation et n’ayant jamais travaillé (douze à ce jour). Ils passent deux ans dans la structure sous le régime de l’insertion, supervisés par trois encadrants sociaux. Et il est fréquent, au terme de ce contrat, qu’ils s’y voient proposer un CDI.

Le caractère solidaire de l’activité se mesure aussi en aval. 70 % des prestataires mobilisés par Club Services pour répondre aux besoins des conciergeries de la métropole lilloise sont eux-mêmes des structures d’insertion par l’activité économique. A Bordeaux, où la société a pris pied récemment, le ratio est de 50 %. "Nous cherchons à faire levier, commente Jacques Duez. Nous proposons aux entreprises qui ne sont pas axées sur cette forme d’intégration professionnelle d’y venir progressivement, en fonction du chiffre d’affaires que nous leur apportons". Club services a déjà suscité 22 contrats d’emploi d’insertion chez ses partenaires.

Club services - Pancarte

Conseil aux fournisseurs

Le donneur d’ordres, basé dans des locaux BBC, à la Haute-Borne, à Villeneuve d’Ascq, encourage aussi ses sous-traitants à prendre des engagements environnementaux responsables. Avec un pressing roubaisien, il réfléchit aux moyens de se passer du perchloréthylène dans les opérations de nettoyage. Autre exemple : la société qui s’occupe de l’immatriculation des véhicules pour le compte des clients des conciergeries, bien qu’installée à Lille, effectuait les démarches à la Préfecture en voiture ; Jacques Duez et son équipe lui ont permis d’obtenir un prêt à taux zéro, pour acheter des triporteurs. Enfin, tous les travaux ménagers commandés par Club Services sont effectués avec des produits d’entretien biodégradables.

La formule des conciergeries a le vent en poupe, malgré la crise. D’abord, elle s’est "démocratisée" : hier chérie par les cols blancs et principalement utilisée par des femmes, elle a gagné l’adhésion du public masculin et de toutes les catégories de personnel. En moyenne, chaque mois, 40 % des salariés concernés sollicitent "leur" conciergerie. Ils apprécient d’être soulagés de certaines corvées et de gagner du temps, au profit de la vie de famille. Proche de 1,2,3 Soleil, on l’a dit, Club Services dispose en permanence de quelques places en crèche, qui permettent de faire face aux imprévus, par exemple l’indisponibilité d’une nounou ; ce service est particulièrement apprécié.

Quant aux employeurs, ils voient dans les conciergeries une manière de séduire les jeunes recrues et de réduire les retards ou l’absentéisme du personnel.

La mutualisation fait la force

Bénéficiant de son antériorité sur le marché et de son organisation très complète et rodée, Club Services augmente son chiffre d’affaires de 40 % chaque année. Elle est aujourd’hui implantée dans une bonne centaine d’entreprises. Ce sont pour la plupart des moyennes ou grandes entités. Mais Jacques Duez a trouvé le moyen de répondre aux désirs et besoins de TPE, par un système de mutualisation. Une société se voit offrir l’abonnement à la conciergerie ; en échange, elle met à la disposition de Club Services un local, dans lequel ses voisines peuvent accéder aux services qu’elles choisissent. De telles "grappes" d’entreprises fonctionnent avec succès au centre des transports routiers de Lesquin ou dans le quartier de la Défense à Paris. Dans la capitale aussi, une conciergerie, sise dans un immeuble mixte de bureaux et de logements, est ouverte aux habitants comme aux personnes qui.travaillent sur place.

Petite touche par petite touche, le "message" de Club Services passe… Les entreprises clientes font volontiers savoir qu’elles recourent à une "conciergerie solidaire". Quant aux salariés bénéficiaires, ils sont contents de contribuer, même indirectement, à un objectif social et écologique, assure le jeune dirigeant. "Nous allons enrichir notre offre de services innovants et nous implanter dans d’autres régions, par le biais de franchises, annonce-t-il. Mais tous ces développements seront conformes à l’essence de Club Services. En particulier, ils resteront dans le sillon de l’insertion par l’économique".

FICHE D'IDENTITÉ

  • Acteur : Club Services conciergerie (SARL, entreprise d'insertion)
  • Adresse : 206 rue Faidherbe 59260 Hellemmes-Lille
  • Contact : Jacques Duez
  • Tél : 03 20 12 57 59
  • Email : contact@club-services.fr
  • Site internet : www.club-services.fr

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire