Mis à jour le 25 juillet 2016

Mutualab et La Coroutine sont deux espaces de co-working lillois indépendants, créés en 2010, sous statut associatif. Ils accueillent des professionnels en leur louant un bureau : à la demi-journée, à la journée, au mois… La cible : associations, collectifs mais aussi des trentenaires indépendants du tertiaire comme des journalistes, experts-comptables, futurs entrepreneurs en phase de lancement d’un projet... Ils sont en quête d’un local professionnel convivial, pour un coût modeste et proche de chez eux (10 mn à pied ou vélo de leur domicile), et ainsi y trouver une réponse aux aspirations d’un nouveau mode de vie.

CONTEXTE et descriptif de l'action

On compte en France près de 300 espaces de co-working (dont 4 à Lille). A chaque fois, l’environnement est en apparence identique : un ou plusieurs open-spaces avec chacun 15 à 20 postes sur des tables partagées. Chaque usager s’installe alors avec son ordinateur portable et ses dossiers. Autour de ces espaces studieux, gravitent d’autres activités, propres à chaque structure.

« A la Coroutine, sur nos 170 m2, nous disposons en plus d’une salle de réunion et d’une cuisine où les coworkers peuvent déjeuner. Certains usagers prennent même un temps pour cuisiner ensemble : c’est l’activité Cocotte ! » explique Guillaume Libersat, contributeur-cofondateur, par ailleurs consultant auprès d’artistes dans leurs projets sur l’aspect numérique. En-dehors du déjeuner, cette pièce devient un espace gratuit pour les personnes sans emploi et étudiants qui bénéficient du wi-fi gratuit. Certains usagers de la Coroutine organisent également pour les co-workers, des commandes groupées de légumes bio auprès d’un agriculteur de la région.

Au Mutualab, l’espace est plus grand (700m2) et il dispose, en plus d’une cuisine, d’une salle de détente, d’une salle de réunion, d’un espace loué à un restaurant, et d’un Fab-Lab appelé Maker Space : un lieu ouvert au public qui met à disposition des outils pour la réalisation d’objets (imprimante 3D, machine à découper du bois, de l’électronique …). Il est alors possible de fabriquer des objets de la vie courante ou des prototypes pour les entrepreneurs. L’association Lille-Makers gère le Fab-Lab et La Coroutine n’hésite pas en faire la promotion. « Notre objectif est de faire des passerelles entre les métiers du tertiaire et les métiers industriels. » précise Emmanuel Duvette, contributeur-cofondateur du Mutualab, par ailleurs consultant RH. Au final, ces espaces deviennent ainsi des lieux où s’agrègent une multitude d’activités.

ANALYSE DE LA DÉMARCHE

La Co-gestion

Le modèle économique de ces espaces est assez simple : les charges de fonctionnement sont couvertes par les locations des espaces et les contributions libres données par les usagers. Il n’y a pas de salarié. Même nos deux contributeurs-cofondateurs ne sont pas rémunérés. En revanche, ils comptent sur la cogestion des co-workers pour assurer le développement des structures. A chacun sa méthode pour les inciter à s’investir. « A La Coroutine, nous n’avons jamais voulu de salarié car cela aurait cassé la logique contributive de chacun. C’est pourquoi, nous proposons à chaque co-worker de contribuer bénévolement à différentes micro-tâches : la comptabilité, l’entretien des locaux … Les usagers s’organisent par exemple des ménages-brunchs le samedi tous les 15 jours ! » sourit Guillaume Libersat.

Au Mutualab, l’organisation est plus formelle : « des groupes de travail de co-workers prennent en charge bénévolement une mission : fonctionnement du lieu, aménagement, modèle économique … Cet espace de co-working prend du sens si la collectivité se l’approprie. Ce n’est pas un centre d’affaires. Chacun doit apporter de soi au groupe et inversement, le groupe a une influence sur le mode de vie personnelle et professionnelle du co-worker. C’est une construction collective. » insiste Emmanuel Duvette.

L'esprit collaboratif à entretenir

Ce modèle atypique a pourtant des contraintes. « Quand l’esprit collaboratif s’essouffle, les co-fondateurs doivent veiller à le relancer, de façon créative et incitative. » souligne Emmanuel Duvette. Et lorsqu’il y a des problèmes à régler ou des décisions de gouvernance à prendre, on passe au vote, « avec un logiciel libre de démocratie horizontale (Loomio) : un co-worker émet un avis sur cette plateforme numérique, chacun répond selon sa disponibilité, puis tous passent au vote s’il n’y a pas eu de consensus. » explique Guillaume Libersat.

Un modèle économique enfin reconnu... ancré sur la diversité de ses usages

Ces espaces de co-working ne se sont pas construits en une année. En 2010, nos deux contributeurs-confondateurs se souviennent que ni les banquiers, ni les élus ne croyaient dans leur modèle. Il aura fallu plusieurs coups d’essais pour trouver la formule adéquat. Emmanuel Duvette précise qu’au départ, « nous souhaitions que ce lieu soit multi-services. Avec le temps, ce sont les usagers qui ont fait en sorte que certains services aient du sens ou non. ».

La Coroutine a même fait évoluer sa grille tarifaire : « 50% des coworkers contribuent financièrement à l’occupation de l’espace, en déterminant eux-même la valeur d’usage. Et ça marche ! Nous avons peu de profiteurs. » explique Guillaume Libersat qui constate également que les relations avec le territoire ont évolué : « ce modèle collaboratif est reconnu par la collectivité car nous répondons à des besoins professionnels de télétravail, de mobilité. Nous servons d’incubateurs informels aux porteurs de projets, nous permettons aux indépendants de se créer un réseau accélérateur d’affaires ... . Nous avons maintenant d’excellentes relations avec la Mairie de Lille », qui n’hésite pas à répondre favorablement à certaines de leurs demandes (installation de bornes à vélos en face de leurs locaux, promotion de leurs activités sur le web). Le Mutualab a le souci également de l’intégration sociale dans son quartier, avec par exemple l’installation d’un point-relais du Bio-Cabas ouvert au public.

Ce qu'il faut retenir

Nos deux espaces de co-working font partie du réseau Catalyst-Initiative qui regroupe des usagers de tiers-lieux et des élus de l’innovation sociale et de l’ESS, pour faire de l’échange de bonnes pratiques. « A terme, plus il y aura d’espaces de co-working, plus la pratique va se crédibiliser et se généraliser. Nous sommes dans un modèle de l’économie de l’abondance. » concluent Guillaume Libersat et Emmanuel Duvette.

Titre de l'action

Les espaces de co-working.

Lieu/échelle d'intervention

Métropole Européenne de Lille.

Identification du porteur de projet

Mutualab et La Coroutine, deux espaces de co-working lillois indépendants.

Partenaires

Les 2 espaces de co-working font partie du réseau Catalyst-Initiative qui regroupe des usagers de tiers-lieux et des élus de l’innovation sociale et de l’ESS, pour faire de l’échange de bonnes pratiques.

Indicateurs de moyens et de résultats

 

Période de réalisation

Depuis 2010

Bénéficiaires / cibles de l'action

Associations, collectifs mais aussi trentenaires indépendants du tertiaire comme des journalistes, experts-comptables, futurs entrepreneurs en phase de lancement d’un projet... Tous sont en quête d’un local professionnel convivial, pour un coût modeste et proche de chez eux (10 mn à pied ou vélo de leur domicile).

Documents de référence disponibles

 

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire