Mis à jour le 19 juillet 2016

Rapport final sur la démarche exploratoire sur la précarité énergétique liée à la mobilité ainsi que le rapport méthodologique, produit par la mission bassin minier.

La problématique de la précarité énergétique a vu le jour entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 avec les conventions « Pauvreté Précarité ». Elle fait l’objet d’une politique dédiée depuis septembre 2009 avec la création de son groupe de travail au sein du plan Bâtiment Grenelle, qui a permis d’avancer sur la compréhension des phénomènes de précarité énergétique en les abordant majoritairement (voire exclusivement) sous l’angle du bâtiment. Ainsi, les besoins de mobilité des ménages sont généralement exclus de la réflexion, malgré le fait qu’ils soient tout autant concernés par la baisse du pouvoir d’achat des français et l’augmentation continue du prix des énergies.

De plus, ces besoins de mobilité conditionnent l’accès à l’emploi, à l’enseignement et aux services. L’absence de prise en compte des problématiques de précarité liée à la mobilité exclut de fait tout moyen de compréhension et d’action sur des phénomènes bien réels et touchant un nombre toujours plus important de ménages.

Sur le territoire de l’Aire métropolitaine de Lille (AML), les ménages sont fortement sensibles à ces problématiques de précarité énergétique liée à la mobilité du fait de zones présentant de grandes fragilités socio-économiques ainsi que des forts besoins de mobilité des ménages sur le territoire. Ces besoins de mobilité sont en effet importants en raison notamment d’une dissociation de plus en plus grande entre, d’une part, les zones d’emplois, les pôles d’enseignement et de services, qui ont tendance à se regrouper au sein de centres urbains et, d’autre part, les lieux de résidence des salariés, clients… ou consommateurs. Ces constats ont amené l’association Aire métropolitaine de Lille à lancer une démarche exploratoire sur les problématiques de précarité énergétique liée à la mobilité.

Cette démarche exploratoire doit permettre :

  • D’étudier les phénomènes de précarité énergétique liée à la mobilité, d’avancer dans leur appréhension et leur compréhension, et enfin d’essayer de les évaluer et de cibler les types de ménages et de territoires touchés ;
  • De pouvoir guider les pouvoirs publics dans le type de politiques à mener pour permettre aux ménages les plus vulnérables d’accéder à l’emploi, l’enseignement et aux services, tels que la santé ou les commerces.

consultez le rapport

Rapport Approche de la précarité énergétique liée à la mobilité à l’échelle de l’Aire métropolitaine de Lille

La problématique de la précarité énergétique a vu le jour entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 avec les conventions "Pauvreté Précarité". Elle fait l’objet d’une politique dédiée depuis septembre 2009 avec la création de son groupe de travail au sein du plan Bâtiment Grenelle, qui a permis d’avancer sur la compréhension des phénomènes de précarité énergétique en les abordant majoritairement (voire exclusivement) sous l’angle du bâtiment. Ainsi, les besoins de mobilité des ménages sont généralement exclus de la réflexion, malgré le fait qu’ils soient tout autant concernés par la baisse du pouvoir d’achat des français et l’augmentation continue du prix des énergies. De plus, ces besoins de mobilité conditionnent l’accès à l’emploi, à l’enseignement et aux services. L’absence de prise en compte des problématiques de précarité liée à la mobilité exclut de fait tout moyen de compréhension et
d’action sur des phénomènes bien réels et touchant un nombre toujours plus important de ménages.

ALLER PLUS LOIN

Le site internet du bassin minier

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire