Mis à jour le 19 décembre 2016

Adoptée le 1er janvier 2005, la charte du Pays des Moulins de Flandre se veut résolument tournée vers l’identité flamande et le développement d’une économie plurielle. Déjà regroupées autour d’un Contrat de Développement Rural, les communautés de communes et les communes associées ont, dès 1999, suite à l’adoption de la Loi d’Orientation et d’Aménagement et de Développement Durable (LOADDT), décidé de bénéficier de la reconnaissance « Pays » compte-tenu de leur identité géographique et culturelle. L’engagement des élus étant déjà assuré par la politique de développement rural établie auparavant, les grands axes de la charte restaient à définir avec la volonté d’une forte participation de la population.

Une volonté locale et des liens forts pour un projet durable

La charte du Pays des Moulins de Flandre est issue d’une forte volonté politique affirmée lors de l’élaboration du Contrat de Développement Rural. Fort de ce travail qui a mobilisé de nombreux acteurs (élus, acteurs sociaux-économiques, associatifs et habitants), et d’une culture de travail commune, construite pendant plus d’une dizaine d’année au sein du Comité d’Aménagement Rural de la Flandre Occidentale (CAREFO), le projet de territoire commun deviendra le fer de lance de la constitution du futur Pays (orientation n°3 : resserrer les liens de proximité à l’intérieur du territoire et les développer avec les territoires voisins grâce à la construction d’un pays).

Le diagnostic territorial partagé, entamé en 2004 constitue un état des lieux du territoire en termes d’identité, d’organisation interne (relations avec les pôles économiques et urbains,…) et de perspectives d’évolution. Celui-ci reprendra les synthèses des groupes de travail issues du Contrat de Développement Rural, sera complété par des entretiens avec chaque groupe de travail et avec les présidents et directeurs généraux des services des communautés de communes.

Plus largement, les partenaires extérieurs ont été consultés tels que le Pays de Saint-Omer, la Communauté Urbaine de Dunkerque, l’Agence d’Urbanisme de la Région de Dunkerque, la sous-préfecture de Dunkerque, le Pays Cœur de Flandre, la Province de Flandre occidentale…. Enfin, le recours aux données statistiques disponibles permettra de compléter le diagnostic (données INSEE, UNEDIC, DGI, SITADEL, diagnostic agricole, étude touristique, charte commerciale et artisanale…). Quatre groupes de travail ont donc été constitués afin d’organiser l’élaboration du diagnostic : économie/infrastructure/équipement, communication/ouverture du territoire, accueil/attractivité et proximité/solidarité.

La mise en place du Pays a été l’occasion de faire un bilan des actions par rapport au programme d’actions pluriannuel. On notera aussi une évaluation des actions en cours : C’est le cas du Contrat de Développement RuraI qui a fait l’objet d’une évaluation monétaire (budgétisation d’actions en amont) ainsi qu’un suivi des actions au fur et à mesure du montage des projets.

Le Pays des Moulins de Flandre s’est doté d’une ingénierie composée de cinq techniciens (chef de projet, animateur commerce, agent de développement culture, agent de développement tourisme (partagé avec le Pays Cœur de Flandre), agent de développement environnement (partagé avec le Pays Cœur de Flandre). Le pilotage politique est assuré par le conseil d’administration avec un élu en charge de chaque composante (économie, culture, environnement...). Une conférence des élus se tient tout les mois.

Jouer la carte de la participation et des partenariats

Le Pays est basé sur de nombreux contacts avec les associations locales, les partenariats transfrontaliers avec la Belgique (Parcs naturels des Monts de Flandre et de l’Yser et Polder, la province de Flandre Occidentale, l’Audomarois), le Parc Naturel Régional Caps et Marais d‘Opale et les chambres consulaires (CCI, chambre d’agriculture, CMA).

éléments d’analyse en matière de méthode (Cerdd & techniciens)

  • En matière de participation et évaluation de la démarche : une conférence des élus par mois est organisée
  • On note un certain essoufflement du Conseil de Développement dans son implication,
  • L’évaluation est à réaliser de façon plus approfondie

La charte exprime très fort cette idée de jouer la carte de la coopération avec les territoires voisins. Mobilité, déplacement, tourisme, relations économiques, habitat, santé avec Dunkerque, le développement d’un tourisme fluvial avec Saint-Omer ou encore le développement de partenariats transfrontaliers sont autant de domaines qui seront étudiés avec les territoires voisins au fil de l’évolution du Pays.

Charte de Pays Moulins de Flandre : trois axes majeurs

  • la dynamique périurbaine comme principal moteur de développement,
  • la ruralité comme facteur d’attraction,
  • l’identité flamande comme lien social,
  • le développement de projets de coopération avec les territoires voisins,
  • les fonctions du Pays et la mise en œuvre de la charte

Plusieurs réunions publiques se sont tenues pour réenclencher la dynamique participative au sein du territoire. Afin de préparer la rédaction de la charte de Pays, quatre réunions participatives ont été organisées en 2003 avec pour objectif d’initier la population aux enjeux de la charte de Pays. Le Conseil de Développement et un fonds local d’initiatives de Pays (permettant de soutenir des projets associatifs) représentent les deux dispositifs participatifs mis en place dans le cadre de la démarche.

Ruralité et identité flamande comme moteur de développement

Plusieurs grands axes et orientations ont ainsi vu le jour suite à la démarche participative mise en place. C’est donc un scénario « volontariste » qui est mis en avant selon trois principes :

  • prendre appui sur la dynamique périurbaine en tant que principal moteur du développement,
  • maintenir et valoriser l’image rurale comme facteur d’attractivité,
  • développer l’identité flamande comme facteur de cohésion.

A titre d’exemple, rendre le territoire plus attractif pour les actifs passe par le maintien et l’adaptation des commerces afin de canaliser le potentiel de consommation au sein du territoire. Charte commerciale portée par le Contrat de Développement Rural, développement des technologies de l’information et de la communication et développement des zones d’activité visent à développer l’emploi sur le territoire. D’autres leviers sont énoncés dans la charte tels que le développement de la mobilité vers les centre-bourgs ou encore une politique de l’habitat (PLH en cours) par la mise en cohérence des politiques et la mutualisation des moyens à l’échelle du Pays.

Pour le territoire des Moulins de Flandre, il est essentiel de pouvoir réaffirmer sa dimension rurale et de la percevoir comme un facteur d’attraction, ce qui signifie maintenir et accroître la qualité paysagère. L’identité rurale et paysagère du Pays est une vraie mosaïque de milieux (bocage, zones humides, wateringues, Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique…). Plusieurs outils sont créés à ce sujet : charte paysagère en lien avec les travaux du SCoT et les communautés de communes, guides à destination des habitants afin de leur apporter des connaissances sur le territoire, de leur donner des conseils en matière de construction, d’aménagement des jardins et d’espaces naturels.

Le territoire a participé à un projet INTERREG III s’articulant autour de cinq axes déclinés en 25 actions sur deux ans :

  • restauration du bocage (mise en valeur, travail sur l’avifaune et sur la flore),
  • création de jardins et vergers (douze vergers publics),
  • requalification des zones humides,
  • préconisations pour l’éco-construction, pour la restauration du bâti ancien (formation des artisans, édition de cahiers de recommandations).

Le projet INTERREG IV, commun au Pays Cœur de Flandre voisin, s’inscrit dans la continuité d’INTERREG III et s’articule autour des thématiques suivantes : biodiversité et espaces verts, paysage en transformation, l’arbre, la communication et la sensibilisation des habitants. Un Plan Energie Climat Territorial à l’échelle du Pays est à l’étude.

Compte tenu de la faible valorisation des produits agricoles locaux, il convient de les développer par la promotion auprès des habitants via des week-ends dédiés aux produits locaux, par la vente directe, par des guides des produits du terroir, assiettes de Pays, pain de pays… ou encore l’agrotourisme. Le développement de niches agricoles en milieu périurbain (maraîchage, petit élevage…) et de l’agriculture raisonnée est actuellement envisagé. L’identité flamande joue un rôle structurant pour le territoire. Le projet de développement touristique trouve son sens autour de la fête et de la convivialité, partagé avec le Pays voisin du Cœur de Flandre. Le soutien aux activités culturelles et associatives privilégie les actions de valorisation du patrimoine et de la culture, le développement de l’apprentissage de la langue régionale et du néerlandais. L’idée est bien de proposer une offre culturelle complémentaire à celle du Dunkerquois et des autres territoires voisins avec une programmation culturelle propre au Pays.

Principaux éléments d’analyse en matière de contenu de l’A21

  • privilégie une forte identité flamande mais en coopération avec les territoires voisins
  • volonté forte de préservation paysagère (charte paysagère, projet INTERREG III et IV)

Innovations / Expériences : un zoom s’impose !

  • label pôle d’excellence rurale, obtenu grâce à la valorisation de la filière du lin dans le domaine de la production énergétique
  • la suppression des sacs plastiques en caisse des petits commerces en partenariat avec la CCI de Dunkerque
  • mesures agro-environnementales par l’accompagnement des agriculteurs en vue de limiter l’utilisation des produits phytosanitaires et un travail sur la méthanisation.

Fiche du projet

  • Action : Zoom sur la Charte du Pays des Moulins de Flandre en 2008
  • Territoire : Pays des Moulins de Flandre
  • Porteur du projet : Président du Pays et élus associés

Contacts techniques :

  • Benjamin Dassonville, Chef de projet

Contact politique :

  • Jean-Pierre Varlet, Président du Pays,

Calendrier :

  • 2003 : lancement de la démarche
  • 2005 : adoption de la charte

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire