Mis à jour le 4 avril 2019

Retourner quelques jours en classe pour mieux comprendre les enjeux de l’adaptation au changement climatique, partager des informations et découvrir des solutions à adapter sur le terrain. Tel est le concept des classes « Eau et Climat » proposées par l’URCPIE de Picardie aux élus de leurs collectivités territoriales. Magique !

Classe Eau & Climat URCPIE

Description de l’action 

Les faits sont là. Les effets prévisionnels du changement climatique démontrent la baisse programmée des débits des cours d’eau, l’augmentation de la concentration de certains polluants, la hausse du nombre de fortes précipitations et les risques certains d’inondations par ruissellement et coulées de boue dans le Bassin Seine Normandie. Si rien n’est entrepris, autant de menaces que les responsables politiques des territoires concernés doivent immanquablement se préparer à gérer.

Lorsque l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) lance, en 2017, un appel à initiatives sur la nécessaire « Éducation au changement climatique », l’Union Régionale des Centres Permanents d’initiatives pour l’environnement* de Picardie (URCPIE) souhaite mettre son expertise et son expérience à disposition.

S’inspirant des classes d’eau qu’elle organise déjà depuis 2014 pour les élus et les scolaires, l’URCPIE conçoit, en partenariat avec l’AESN, un programme de « Classe Eau & Climat » spécialement adapté au public des représentants de collectivités et répondant aux différents items du cahier des charges de l’appel à initiatives :

  • réduction de la dépendance à l’eau
  • amélioration de la qualité de l’eau
  • protection de la biodiversité et des écosystèmes
  • prévention des inondations et des coulées de boue
  • sensibilisation aux effets de la submersion marine
  • programme sur la base d’une pédagogie active

Leur proposition, « Comprendre, anticiper et agir pour trouver ensemble des stratégies d’adaptation au changement climatique », est validée en 2018 et un premier cycle de formation de 5 journées est mis en place sur le territoire du Syndicat Interdépartemental du SAGE de la Nonette, dans l’Oise, entre septembre et décembre de la même année.

Connaître et se connaître pour agir ensemble

« Nous avons développé ce programme en partenariat avec un comité de pilotage de l’Agence de l’eau à l’échelle du bassin versant de la Nonette, explique Elodie Gaïde, chargée de mission au CPIE des Pays de l’Oise. Notre volonté est de valoriser les solutions locales déjà déployées, de présenter la pertinence de l’outil du SAGE aux élus dans le contexte d’adaptation climatique, de faire se rencontrer les acteurs en charge de cette problématique pour leur donner des éléments informatifs généraux et locaux et favoriser ainsi les échanges et l’émergence de partenariats. ».

Cinq thématiques adaptées au territoire concerné sont abordées sur les cinq journées ;

  • les impactsdu changement climatique sur notre territoire, sur notre eau et sur nos zones humides (impacts concrets, politiques et acteurs de l’eau et du climat, préservation des zones humides)
  • l’eau disponible demain et les solutions pour l’économiser(l’eau disponible dans les nappes phréatiques et dans les rivières, arrêtés sécheresse et restrictions d’usages, gestion patrimoniale des réseaux…)
  • préserver la qualité de notre eau en zones agricoles et non agricoles (polluants et qualité de l’eau, actions en zones agricole et non agricole, assainissement de l’eau)
  • le risque de ruissellement et l’aménagement urbain(ruissellement et érosion, gestion durable des eaux pluviales, lutte contre le réchauffement urbain)
  • A vos projets ! Bilan de la classe « Eau et Climat » (savoir traduire les ressources face au changement climatique dans les projets communaux)

Analyse de l’action

Les attentes des 15 participants ont été sondées en amont par l’URCPIE qui a également veillé à équilibrer le programme des journées entre apports théoriques avec témoignages d’experts en matinée et visites sur le terrain et ateliers l’après-midi.

« Nous avons choisi d’accorder du temps entre les interventions, ateliers ou visites et lors du déjeuner pour permettre des échanges conviviaux entre des acteurs issus d’un même territoire mais qui se connaissent à peine, voire pas du tout, et qui ont encore moins l’habitude de travailler ensemble, précise Elodie Gaïde.

"Notre objectif est de poser le contexte local de la problématique, sans culpabiliser quiconque mais au contraire démontrer que les responsabilités sont multiples et que le dialogue entre les différentes parties est possible et essentiel pour trouver ensemble les solutions les plus adaptées. »

Classe Eau / Climat URCPIE
© URCPIE

Découvrir les enjeux et les solutions par le jeu

La pédagogie active a rendu la quinzaine d’élus participants plus acteurs de leur formation. Une première qui n’a pas manqué d’en étonner certains, « parfois déstabilisés lors des séances en atelier ou en groupe, mais au final, ils se sont vite pris au jeu, ravis de chercher ensemble des solutions collectives pour agir concrètement à l’échelle de leur territoire, souligne Elodie Gaïde.

Des expériences très visuelles pour illustrer les ressources en eau douce de la planète leur ont permis de prendre conscience de la rareté de cette ressource bien plus clairement qu’une présentation sous forme de graphique ou de tableaux»

L’apprentissage par le jeu ? Pas mieux pour intégrer les connaissances affirment les neuroscientifiques aujourd’hui !

Malgré des niveaux de connaissance disparates sur le sujet, une même motivation commune pour aborder cette thématique, finalement peu présente dans les programmes de formation continue pour élus. Et renforcée par le partage de savoirs des intervenants qui se sont succédés tout au long de la formation : l’AESN, le Syndicat Intercommunal du Sage de la Nonette, l’ADOPTA, la DDT, la DREAL Hauts-de-France, le CERDD… Des spécialistes, toujours concrets mais jamais alarmistes prêts à transmettre, échanger et partager les initiatives et les solutions. Pour déployer l’énergie positive du faire ensemble, de la coopération.

Résultats de l’action

classe eau climat parapluie
© URCPIE

D’ailleurs, nombreux sont les élus qui lors de la restitution en dernière journée ont manifesté leur volonté à mettre en œuvre des nouveaux projets, « à partager les informations avec leurs concitoyens », « à faire appel à des intervenants extérieurs pour organiser chez eux des débats », « à faire de la concertation sur le « zéro phyto »… La liste des actions possibles est tout juste initiée !

La deuxième édition de la formation, en mars-avril à Mézières-sur-Oise, dans l’Aisne, propose le même programme à l’exception des visites de terrain, personnalisées en fonction du territoire. « Nous avons adapté le programme en fonction des retours des participants de la première classe réalisée dans l’Oise, explique Ludivine Fenart, chargée de mission du CPIE des Pays de l’Aisne. Nous avons allégé le contenu théorique de la matinée en diminuant les temps de présentation des intervenants pour faire davantage place aux échanges. Certains contenus parfois trop techniques ont également été revisités pour être encore plus abordables. »

Une des exigences de l’Agence de l’Eau Seine Normandie était de produire une restitution collective de la formation. « A partir des prises de vue, des interviews et des micro-trottoirs que les participants étaient chargés de faire eux-mêmes chaque jour, nous avons pu réaliser une vidéo de restitution accessible sur notre site internet », indique Elodie Gaïde.

« On devrait obliger les élus concernés par la thématique à suivre cette formation ! » témoigne un représentant politique en fin de formation.

« J’ai été impressionnée par le volume d’informations obtenues en cinq journées, tant lors des visites sur le terrain que lors des présentations, je suis enchantée et m’étonne que cette thématique ne soit pas plus abordée dans nos formations », s’exclame une autre élue.

Le programme répond parfaitement à l’exigence du cahier des charges de l’AESN d’être duplicable et transposable sur tous les territoires, en adaptant les visites et sélectionnant des intervenants locaux. « Gratuite pour les élus, la formation ne peut en revanche être mise en œuvre sans un financement de l’AESN », précisent les organisatrices. L’URCPIE ne pourra ainsi pas renouveler ces programmes de formation. Faire payer les participants ? Difficile de mobiliser le public, même si les participants sont demandeurs de journées de spécialisation et d’approfondissement, notamment pour suivre les projets découverts lors des visites de terrain et ceux qui ont émergé depuis.

La formation a servi également à rompre l’isolement de maires de petites communes en leur faisant prendre conscience que chacun était confronté aux mêmes problématiques. « Nous sommes les gardiens de l’eau et nous avons le devoir d’aller jusqu’au bout de ce que nous a apporté cette classe d’eau », est le mot de la fin d’un maire remotivé, conscient de sa co-responsabilité et de ses nouveaux « pouvoirs » vis à vis de la ressource en eau.

* il existe 76 CPIE en France, dont 7 dans les Hauts-de-France, dont les principales missions sont l’éducation de tous les publics à l’environnement et d’accompagner les territoires.

Fiche d’identité de l’opération  

Titre de l’opération : « Comprendre, partager, agir : des classes « Eau et Climat » auprès des élus et des collectivités dans les départements de l’Aisne et de l’Oise »

Lieu/Echelle de l’action : deux unités hydrographiques dans l’Oise (SAGE de la Nonette) et dans l’Aisne (Communauté de communes du Val de l’Oise)

Identification du porteur de projet : Maître d’ouvrage Union Régionale des Centres Permanents d’initiatives pour l’Environnement (URCPIE) de Picardie

Contact : URCPIE, 33 rue des Victimes de Comportet 02000 Merlieux-et-Fouquerolles. Tél : 03 23 80 03 02. Courriel : contact@cpie-hautsdefrance.fr

Ludivine Fenart, CPIE des Pays de l’Aisne, 33 rue des Victimes de Comportet 02000 Merlieux-et-Fouquerolles. Tél : 03 23 80 01 94. Courriel : l.fenart@cpie-aisne.com

Elodie GAÏDE, CPIE des Pays de l'Oise, 6/8 rue des Jardiniers 60300 Senlis. Tél : 03.44.31.32.64 Courriel : contact@cpie60.fr

Partenaires : Agence de l’Eau Seine-Normandie

Montant de l’opération : 21 520 € par programme de 5 journées

Financement Agence de l’Eau : 17 216 € soit 80 %

Indicateurs de moyens et de résultats : livre de bord (sous la forme d’une clé USB remise aux participants), vidéo de restitution et newsletter pour le suivi de l’opération

Date de l’opération :

  • Oise : 5 journées entre septembre et décembre 2018
  • Aisne : 5 journées en mars et en avril 2019

Bénéficiaires/cibles de l’action : élus, techniciens et chargés de missions des collectivités territoriales des unités hydrographiques ciblées

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire